12/11/2015 13h:38 CET | Actualisé 12/11/2015 13h:39 CET

Le parc zoologique d'Ain Sebaâ devrait ouvrir ses portes début 2018

DIVERTISSEMENT – Le chantier du parc zoologique de Ain Sebaâ avance à grands pas. Près d’un an après le lancement de la première phase d'aménagement, la construction du nouveau zoo casablancais démarrera fin novembre.

"Lorsqu’on a récupéré le zoo, il y avait toute une phase préliminaire à assurer. Il fallait d’abord transférer les animaux dans d’autres établissements, reloger quatorze familles qui squattaient au sein du zoo, et démolir l’existant", nous confie Driss Moulay Rachid, directeur de Casa Aménagement, la société de développement local (SDL) en charge du projet. L’ouverture est, elle, prévue pour le premier trimestre de 2018.

En tout, 250 millions de dirhams sont alloués au projet, financé aussi bien par la Commune urbaine de Casablanca (80 millions de dirhams), que par le ministère de l’Intérieur via la Direction générale des collectivités locales (130 millions de dirhams) et le Conseil de la région de Casablanca (40 millions de dirhams). "Le financement a été bouclé, les versements se font selon le planning", ajoute le DG de Casa Aménagement.

La semaine dernière, le marché des bâtiments a été également lancé. Ce dernier concerne l’enclos des animaux, les locaux de l’administration ainsi que la clinique réservée aux animaux, nous révèle notre interlocuteur.

Une sandwicherie, un restaurant et une ferme pédagogique sont également prévus dans le plan de l’équipement zoologique. "La phase de construction est celle qui nécessite le plus de fonds, puisqu’elle représente 60% de l’enveloppe totale du projet, soit 150 millions de dirhams", nous révèle Driss Moulay Rachid.

Un projet "aux normes internationales"

Le parc zoologique casablancais souhaite devenir une référence internationale après son ouverture. "Nous sommes partis sur une conception qui représente trois continents: l’Afrique, où il y aura un espace dédié à la Savane et un autre réservé à l’Atlas, l’Asie et l’Amérique", nous confie notre source.

Le lieu sera conçu selon le concept de zoo-immersion, en établissant un minimum d’obstacles entre le visiteur et la faune. "Nous allons privilégier les barrières discrètes, comme les lattes en bois, les parois vitrées et les câbles fins", précise Driss Moulay Rachid, qui présente le bioparc de Valences, en Espagne, comme une inspiration. D’ailleurs, le parc de Casablanca est conçu par la même agence d’architectes derrière l’équipement valencien, à savoir Rainforest Architects.

Pour les animaux, le directeur de Casa Aménagement souhaite "mettre en place une plateforme de reproduction d’espèces protégées où la collection sera évolutive". Dans le détail, Driss Moulay Rachid compte "inscrire le parc zoologique à l’Association africaine des parcs zoologiques et l’Association mondiale des parcs zoologiques afin de pouvoir bénéficier d’échanges d’animaux avec des parcs internationaux". Dès lors, "les frais relatifs au parc animalier concerneront uniquement la logistique, à savoir la procédure de transfert et le transport".

Concernant l'avancement des travaux, Driss Moulay Rachid affirme que le chantier est dans les temps pour l’instant. Prochaine étape: se fixer sur la gestion du parc, que ce soit celle des visiteurs ou l’entretien des animaux. "Nous n’avons pas encore fixé le mode de gestion du parc. Il est hors de question de le gérer de manière classique", confie-t-il.

Galerie photo La faune marocaine en 10 photos exceptionnelles (par les photographes Yeray Seminario et Javier Elorriaga) Voyez les images