MAROC
31/05/2018 18h:54 CET

Zinedine Zidane: la Ligue des champions a sauvé son bilan mitigé à la tête du Real Madrid

Malgré sa victoire en Ligue des champions, l'entraîneur a réalisé une troisième saison inégale.

Reuters Staff / Reuters

FOOTBALL - L’entraîneur Zinedine Zidane a annoncé ce jeudi 31 mai, au cours d’une conférence de presse surprise, qu’il quittait le Real Madrid. L’ancien joueur a une nouvelle fois écrit l’histoire en remportant, pour la troisième année consécutive, la prestigieuse Ligue des champions. Malgré ce succès retentissant, les résultats en demi-teinte de cette troisième saison en championnat espagnol laissaient croire à un éventuel départ du club madrilène. 

Deux premières années exceptionnelles

Zinedine Zidane est arrivé au club espagnol en 2016, succédant à l’entraîneur espagnol Rafael Benitez, viré pour ses résultats médiocres selon la presse française. Dès sa première année à la tête des Merengue, l’ancien champion du monde français remporte son premier titre de Ligue des champions. Un trophée qu’il arrache dans les arrêts de jeu au terme d’une finale haletante face aux Colchoneros de l’Atletico Madrid, chapeautés par Diego Costa.

Sa deuxième année est davantage impressionnante. “Zizou” soulève, pour la seconde fois, le trophée de la Ligue des champions. Un exploit inédit qu’il complète par un titre de champion d’Espagne la même année, après une finale remportée face aux rivaux du FC Barcelone. La saison 2017-2018 étant beaucoup plus rude que les précédentes, le succès laisse très vite place à l’inquiétude. Pour la première fois dans sa carrière d’entraîneur, Zidane fait face à quelques échecs et défaites qu’il aura du mal à surmonter. Est-ce la raison cachée de son départ?

Reuters Staff / Reuters

Une troisième saison inégale

En championnat, c’est la première fois depuis 2012 que les Merengue réalisent une mauvaise entame de compétition avec seulement 20 points en 10 journées, et 8 points de retard sur le FC Barcelone. La très convoitée Coupe du Roi échappera une fois de plus aux Madrilènes: Sergio Ramos et ses coéquipiers débutent très mal la compétition, les hommes de Zidane sont éliminés, fin janvier, contre Leganes.

À ce moment-là, les déclarations de l’entraîneur français sont mitigées. “J’essaie d’aller de l’avant et de me perfectionner en tant que coach. Personne ne va m’enlever la motivation de travailler jusqu’au dernier jour. La faute ne leur appartient pas (aux joueurs). Il y a beaucoup de choses, pas seulement le résultat…”, avait-il avancé lors d’une conférence de presse. Sur son avenir en fin de saison, il confie: “Je vis au jour le jour, je peux signer un contrat de dix ans mais ça ne marche pas comme ça. C’est la même motivation au jour le jour. En juin nous verrons”. 

L’écart se creuse petit à petit en Liga au cours de la saison, laissant le champ libre à Lionel Messi et ses coéquipiers qui s’assurent la première place. Le Real verra finalement les deux titres lui passer sous le nez, et termine la Liga avec 17 points derrière le géant barcelonais. La victoire de la Ligue des Champions apporte donc son lot de consolations aux Madrilènes, marqués par les défaites en championnats nationaux.

Kai Pfaffenbach / Reuters

“Il faut que je parte”

À l’annonce de son départ ce jeudi en conférence de presse, Zidane se confesse. “Un moment donné, il faut savoir aussi s’arrêter. Je veux que ce club continue de gagner et je pense sincèrement qu’avec moi cela aurait été compliqué”. Aveu d’échec ou simple constat sur les performances du club sous son égide? Son effectif s’essouffle, le groupe s’use, mais pas question de sacrifier des joueurs, Zidane préfère s’en aller humblement.

Pourtant en contrat jusqu’en 2020, le technicien tire donc sa révérence quelques jours après une victoire brillante face à Liverpool, confirmant une fois de plus la place du Real Madrid parmi les meilleures équipes du monde. Une décision inattendue au club madrilène, habitué à limoger ses entraîneurs plutôt qu’à les laisser partir de leur plein gré.

“C’est ma décision, vous pouvez penser que je me trompe mais après trois ans, je pense que c’est le bon moment pour moi, le club et les joueurs. C’est une question de timing, il faut que je parte” poursuit l’homme qui clôt, ainsi, un chapitre de son histoire après avoir écrit une des plus belles pages de la Maison Blanche.

Il a ajouté ne pas chercher d’autre équipe à entraîner, même si le milieu du football l’imagine déjà prendre la relève de Didier Deschamps à la tête de l’équipe de France.