ALGÉRIE
17/03/2016 13h:24 CET

La Banque d'Algérie tarde à rendre effectif le recours au Yuan, les opérateurs chinois impatients

Pixabay/moerschy

La mesure annoncée par la Banque d’Algérie qui devait protéger les relations commerciales entre l’Algérie et la Chine tarde à devenir effective. Société Générale Algérie se dit prête pour sa mise en œuvre.

La 2ème édition de la Conférence organisée mercredi par Société Générale Algérie (SGA) pour l’accompagnement des investisseurs chinois en Algérie a achoppé sur la convertibilité du yuan dans les transactions algéro-chinoises. L’attente des investisseurs chinois est forte pour la mise en œuvre de l’utilisation du yuan dans le commerce extérieur algérien.

"Cela nous évitera de faire tout un circuit pour échanger les dollars en yuans, à notre retour en Chine", a affirmé une représentante d’une entreprise de construction chinoise lors de cet événement organisé par la première banque privée algérienne.

A cette occasion, M. Matthieu Vacarie, directeur commercial de SGA, a souligné que cette banque est prête à mettre en œuvre la convertibilité du dinar en yuan. "Nous avons déjà une cotation, nous sommes déjà prêts", a-t-il déclaré.

Cependant, en attendant la prochaine communication de la Banque d’Algérie, l’accompagnement d’investisseurs étrangers (en l’occurrence chinois) passe par l’explication des règlements en vigueur, mais surtout des changements.

"Notre rôle est d’aider les entreprises à comprendre et à se conformer à la réglementation quand elle évolue", a déclaré M. Matthieu Vacarie.

Une annonce sans suite

L’extension au yuan des devises utilisées dans le commerce extérieur est une mesure qui devrait être activée, et ce, pour ses nombreux effets positifs sur l’économie algérienne. Elle doit notamment réduire le risque de change auquel sont exposés les importateurs.

De fait, l’opérateur algérien aura la possibilité de payer les factures d’importation en provenance de Chine directement en yuan. Il pourra se protéger des variations qui peuvent se produire dans la parité entre le dollar et la monnaie chinoise, d’une part, et entre le dinar et le dollar, d’autre part.

L’annonce de cette mesure a suscité des réactions favorables unanimes des économistes et des banquiers. Mais la banque d’Algérie n’a plus donné d’informations sur l’évolution de cette mesure.

Au niveau international, en décembre 2015, le FMI avait décidé d’inclure le yuan (RMB) dans le panier du DTS. La Banque d’Algérie a alors adressé une note aux banques dans laquelle elle les avisait que les importations en provenance de Chine doivent, désormais, être réglées exclusivement en yuan.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.