MAROC
14/06/2018 16h:33 CET

Yoriyas parmi les 5 lauréats du prix de la photographie contemporaine africaine

Le photographe marocain récompensé pour son projet sur Casablanca.

DR

CULTURE - Son travail photographique sur Casablanca a fait le tour du monde. Publié par de nombreux médias internationaux, dont le New York Times, “Casablanca not the movie” a valu à Yoriyas une nouvelle reconnaissance. Mercredi 13 juin, le photographe marocain a reçu le prix de la photographie contemporaine africaine (Contemporary African Photography Prize) aux côtés de quatre autres photographes.

Les noms des cinq lauréats, sélectionnés parmi une short list de 25 photographes, ont été annoncés pendant la Photo Basel, première foire internationale suisse dédiée à l’art photographique, qui se tient du 12 au 17 juin à Bâle.

Paul Botes (Afrique du Sud), Anna Boyiazis (États-Unis), Tommaso Fiscaletti & Nic Grobler (Afrique du Sud) et Phumzile Khanyile (Afrique du Sud) sont les autres gagnants du prix. Ouvert aux photographes de tout âge et tout milieu, le CAP Prize est décerné à des œuvres qui s’engagent avec le continent africain ou sa diaspora. Un panel de 23 juges internationaux a permis de sélectionner les cinq vainqueurs.

“Une excellente nouvelle de la foire internationale d’art Photo Basel: je suis heureux d’être l’un des cinq lauréats du CAP Prize 2018, pour la 7ème édition du Prix, sélectionné parmi une short list de 25 photographes internationaux”, écrit Yoriyas, Yassine Alaoui Ismaili de son vrai nom, sur sa page Facebook. “Un remerciement spécial à toute l’équipe du CAP Prize, à tous les juges et
bien sûr à tous les amis qui me soutiennent”.

Pour le photographe né en 1984, “Casablanca not the movie” est à la fois “une lettre d’amour” pour celle que l’on surnomme la ville blanche, et la volonté de capturer visuellement tous les contrastes de Casablanca, afin de montrer que la ville ne se limite pas aux clichés que l’on connaît à travers les films ou visions orientalistes, indique le photographe dans la présentation de son projet.

“Le titre du projet fait référence au mythique film ‘Casablanca’ de 1942 qui n’a pas été tourné dans la ville, mais dans un studio hollywoodien”, rappelle Yoriyas. “Casablanca est une ville de cultures diverses, façonnée par de nombreux courants qui peuvent sembler s’opposer les uns aux autres”, poursuit-il.

“Je veux transmettre la vraie vie de la rue et des scènes de Casablanca, et souligner les moments où ces cultures se rencontrent, que nous ne remarquerions pas si elles n’étaient pas photographiées du point de vue d’un Marocain qui est né, a grandi et vit toujours là”, conclut-il.

En 2016, Yoriyas a reçu le premier prix du World Street Photography et celui des nuits photographiques d’Essaouira. Il a également été finaliste des LensCulture Street Photography Awards la même année, et du Miami Street Photography Festival en 2017.