ALGÉRIE
13/04/2015 08h:51 CET | Actualisé 13/04/2015 08h:52 CET

Yémen: les combats rendent la situation intenable à Aden

AFP

Ecoles et entreprises fermées, pénuries, exode de civils: la situation devient intenable à Aden, la grande ville du sud du Yémen où raids aériens et combats de rue ne faiblissent pas au 19ème jour de l'intervention menée par l'Arabie saoudite.

Aden a émergé lundi d'une longue nuit de violences entre partisans du président Abd Rabbo Mansour Hadi et leurs adversaires, les rebelles chiites Houthis et leurs alliés.

Au moins 30 personnes, dont treize civils, onze Houthis et six combattants pro-Hadi, ont péri dans ces combats qui ont touché différents quartiers, selon des sources médicale et militaire.

Les frappes de la coalition arabe dirigée par Ryad se sont poursuivies jusqu'à 06H00 (03H00 GMT), visant des barrages et des positions rebelles aux entrées de la cité portuaire, deuxième ville du pays.

A l'aube, des avions ont bombardé le complexe présidentiel tenu par les rebelles et qui était le dernier refuge de M. Hadi avant qu'il ne s'enfuie vers l'Arabie saoudite à la veille de l'intervention militaire le 26 mars.

Selon un militant pro-Hadi, Metaz al-Maisouri, qui réside à Aden, il y a eu ces dernières semaines un exode massif de familles.

Les écoles, les universités et des entreprises publiques et privées ont fermé, a-t-il dit. De nombreux ouvriers et employés ont été licenciés par leurs patrons qui ne pouvaient plus les payer.

La population manque de tout, en premier lieu de nourriture, selon des organisations humanitaires. En outre, a expliqué Adwaa Mubarak, une femme de 48 ans, nous ne pouvons pas quitter notre domicile en raison des snipers.

'A tous les coins de rue'

Il y a des combats à tous les coins de rue et j'ai forcé mes enfants à rester à la maison car plusieurs de mes voisins ont été tués par des tireurs Houthis, alors qu'ils n'ont rien à voir avec cette guerre, a-t-elle ajouté.

Dans ce contexte, le personnel de Médecins sans frontières (MSF) connait des difficultés pour se déplacer et accéder aux habitants ayant besoin d'assistance médicale, a précisé Marie-Elisabeth Ingres, l'une de ses responsables.

La crise est identique à Sanaa, selon la porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge, Marie-Claire Feghali, présente dans la capitale yéménite.

Il y a une pénurie d'eau et de nourriture, et les gens sont incapables de se déplacer, a-t-elle indiqué à l'AFP.

Partis en septembre de leur bastion de Saada (nord du Yémen), les rebelles Houthis ont pris le contrôle de Sanaa, de régions du centre et de l'ouest, ainsi que de portions du sud, ce qui a provoqué l'intervention arabo-sunnite.

Ryad accuse l'Iran chiite d'envoyer des armes aux rebelles, ce que Téhéran dément.

Les civils ont payé un lourd tribut. Ils constituent une bonne partie des centaines de morts et des milliers de blessés évoqués par l'ONU.

Étrangers bloqués

Les pertes des Houthis et de leurs alliés, des militaires restés fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh, restent largement inconnues, mais les images des frappes, diffusées par la coalition, laissent supposer un grand nombre de tués et de blessés.

Les déplacés se comptent par dizaines de milliers et les étrangers ont aussi beaucoup souffert en raison des difficultés dans les opérations d'évacuation.

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) indique que pas moins de 16.000 personnes sont, pour le moment, dans l'incapacité de quitter le Yémen, alors que plusieurs milliers d'étrangers ont déjà été évacués par voie aérienne ou maritime.

Dans le sud, des frappes aériennes ont touché lundi des positions Houthies dans la province de Chabwa, selon des témoins. Par ailleurs, des membres de tribus sunnites ont pris une base militaire dans la localité côtière de Nashima, selon des sources tribales.

A Ataq, capitale de la province de Chabwa, des avions de la coalition ont bombardé à dix reprises des positions de militaires pro-Saleh, ont rapporté des habitants.

Ailleurs, des positions Houthies ont été prises pour cible par l'aviation arabe dans la province de Mareb, à l'est de Sanaa, selon des sources tribales.

Des dépôts d'armes rebelles étaient aussi bombardés en début d'après-midi dans la région d'Omrane, au nord de Sanaa, selon des habitants.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.