MAROC
22/01/2019 10h:50 CET

WhatsApp limite le transfert de messages à 5 destinataires pour éviter la propagation de fake news

Une mesure déjà appliquée en Inde où des cas de lynchages ont eu lieu après la diffusion de rumeurs.

HStocks via Getty Images

MESSAGERIE - Vous ne pourrez désormais plus transférer vos messages à un nombre important de contacts sur WhatsApp. Lundi 21 janvier, le service de messagerie appartenant au géant américain Facebook a annoncé qu’il limitait le transfert d’un même message à cinq destinataires, indique l’agence Reuters.

Selon la vice-présidente chargée des politiques et de la communication de WhatsApp, cette restriction vise à lutter contre “la désinformation et les rumeurs”, a-t-elle expliqué lors d’un événement organisé à Jakarta, en Indonésie.

L’application de messagerie instantanée avait déjà restreint, en août dernier, à 20 personnes ou groupes le nombre de destinataires auxquels un utilisateur pouvait transférer un message, rappelle l’agence de presse.

La limitation à cinq destinataires avait par ailleurs été appliquée en Inde, où des lynchages de plusieurs personnes avaient été organisés suite à des rumeurs infondées d’enlèvements d’enfants diffusées sur WhatsApp. Le gouvernement indien avait alors exhorté le service de messagerie instantanée de prendre des mesures pour empêcher la diffusion de fake news.

Dans d’autres pays, la propagation de fausses infos via WhatsApp est monnaie courante. En Espagne, l’un des canulars ayant été le plus partagé l’année dernière sur l’application visait à faire croire que certaines fraises marocaines étaient à l’origine de l’hépatite A. “Cette information a été transmise par un ami médecin: ne mangez pas de fraises ou de framboises du Maroc, il y a une épidémie d’hépatite A” indiquait le message partagé à grande échelle, rappelle le quotidien espagnol El País. Une information que le service de santé de la Communauté de Madrid et l’organisation de consommateurs FACUA avaient démenti.

La diffusion de fausses informations n’est pas la seule dérive de l’utilisation malveillante de la messagerie instantanée. En juillet dernier, la Royal Air Maroc avait dénoncé, sur son compte Twitter, une tentative d’escroquerie “via des SMS frauduleux envoyés par WhatsApp semblant provenir” de la compagnie aérienne nationale. “Ces SMS malveillants cherchent à obtenir vos informations confidentielles (données bancaires, justificatifs d’identité...)”, alertait la RAM.