LES BLOGS
13/09/2019 20h:45 CET | Actualisé 13/09/2019 20h:45 CET

Voilà pourquoi nous intellectuels, universitaires, enseignants (...) soutenons Abdelkrim Zbidi

Au-delà des propositions particulières qu’il a lui-même présentées, que nous pouvons librement partager ou récuser, voilà ce que nous attendons de lui

Anadolu Agency via Getty Images

Ce blog a été envoyé au HuffPost Tunisie par Kamel Jendoubi, au nom du collectif de soutien à Abdelkarim Zbidi.

Nous, soussignés, intellectuels, universitaires, enseignants, représentants du monde de la culture et militants de la société civile,

Après avoir examiné les candidatures aux élections présidentielles anticipées, censées se dérouler dans une ambiance sereine afin de permettre au pays de passer le cap de la transition vers une démocratie pérenne et stable, nous constatons bien au contraire que des indices alarmants en surnombre attestent manifestement que nous subissons les effets d’une transition difficile et instable qui perdure depuis plus de neuf ans ;

Ceci est de nature à approfondir une crise particulièrement caractérisée par :

La faillite d’une grande partie de la classe politique qui se refuse à assumer ses responsabilités ;

La fragilité et l’inefficacité des institutions représentatives minées par des calculs politiciens ; L’instrumentalisation des ressources de l’État au profit des partis au pouvoir, voire de personnes bien déterminées ;

Le non-respect des lois et le mépris de l’indépendance de la justice ;

Le dysfonctionnement des dispositifs de contrôle, la paralysie des instances de régulation ;

Et la généralisation à grande échelle du clientélisme, de la corruption, du népotisme, de l’arrogance politique et de l’impunité ;

Cette situation s’est aggravée avec l’apparition de lobbies apparemment antagonistes, les uns cherchant à s’accaparer l’État, les autres s’activant pour le démanteler au profit de bandes mafieuses ou de groupements religieux impatients d’abolir le caractère civil de l’État. Autant d’éléments qui menacent nos acquis en matière de libertés, de droits et de justice sociale, débouchant sur une démocratie de façade qui délégitime les autorités élues et sape les fondements de l’État ; 

Nous joignons notre voix à toutes celles qui se sont élevées pour dénoncer une situation de plus en plus sombre, mettons l’opinion en garde contre les périls immenses qui menacent notre pays et appelons à unir les rangs et à conjuguer les efforts pour sauvegarder l’intérêt suprême de la Tunisie. D’autant plus que les élections présidentielles anticipées se déroulent dans un contexte marqué par la tension, l’improvisation, le non-respect des règles et envenimé par des candidatures qui constituent de véritables défis à la République et autant d’offenses au prestige de l’État et à ses valeurs fondatrices ;  

Nous déplorons vivement l’effritement des forces démocratiques et modernistes qui risque de ruiner leurs chances d’avoir un candidat de leur camp au second tour des présidentielles et de réduire le scrutin au choix entre deux maux ;

Conscients de la responsabilité qui est la nôtre, soucieux de contribuer à l’enracinement de la République, au renforcement de ses valeurs et à leur pérennisation ;

Récusant le point de vue qui réduit les prérogatives constitutionnelles du président de la République, quoiqu’elles ne soient pas négligeables, lors-même que cette institution est un des piliers de la République entérinée par l’élection du Président au suffrage universel direct, nous estimons que le candidat doit être doté d’une certaine vision de la Tunisie et de qualités personnelles dignes de cette fonction suprême ; 

Aussi, sommes-nous convaincus que Abdelkarim Zbidi est un candidat imprégné des valeurs républicaines qu’il est à même de défendre, pourvu d’une expérience reconnue, réputé pour sa loyauté et sa rigueur morale et jouissant de la confiance populaire ;

Ainsi, au-delà des propositions particulières qu’il a lui-même présentées, que nous pouvons librement partager ou récuser, nous attendons de lui, qu’il œuvre:

-  à garantir toutes les libertés à tous et l’égalité intégrale entre hommes et femmes et à réaliser la justice entre les catégories sociales et entre les régions ;

- à assurer la sécurité à toutes les Tunisiennes et à tous les Tunisiens, l’égalité des chances, la solidarité entre les citoyen.n.es et l’opportunité pour les jeunes de toutes les catégories de la société de faire valoir leurs talents ;

- à instaurer un système d’éducation qui promeut la créativité des élèves, leur ouvre l’accès aux connaissances, entretient l’esprit critique et favorise l’aspiration à la liberté ;

Il est demandé au candidat d’accorder une attention particulière aux nouveaux défis posés par le vivre-ensemble au premier rang desquels le droit à un environnement sain, ce qui nécessite une politique qui lutte contre la pollution, sauvegarde les richesses naturelles, assure la sécurité alimentaire et préserve les ressources aquatiques ;

Le candidat se doit de prémunir les institutions religieuses de toute instrumentalisation politique et partisane et de veiller à leur neutralité politique, culturelle et intellectuelle ;

Il est du devoir du candidat d’œuvrer à la mise en place d’une politique qui généralise la culture, encourage les arts, préserve le patrimoine et favorise la création et l’inventivité dans les domaines de la littérature, des arts et de la pensée ;

Il est appelé à veiller au rang de la Tunisie sur la scène internationale et à œuvrer à son rayonnement aux niveaux régional et international sur la base de la légalité, de l’attachement à la paix et du soutien aux causes justes, en particulier la cause palestinienne. La diplomatie tunisienne doit être au service des intérêts supérieurs du pays et se tenir à l’écart des conflits qui opposent les axes régionaux et internationaux ;

Nous mesurons la grandeur du rôle dévolu au président et la gravité de ses engagements, et considérons que le candidat saura incarner les principes que nous énonçons, les faire respecter et initier les réformes afin de les concrétiser. Et ce, en coopération avec l’ensemble des acteurs concernés, les forces politiques, les institutions et les composantes de la société civile ;

En résonance avec l’appel des composantes du courant démocratique et moderniste ayant mis l’accent sur les dangers de la dispersion et sur la nécessité de choisir le candidat le mieux placé, d’autant que les chances de certaines candidatures sont quasiment nulles ;

Nous appelons, convaincus et enthousiastes à voter en masse pour Abdelkrim Zbidi lors des élections (du 15 septembre prochain) et à tout mettre en œuvre pour qu’il réussisse ;

Nous exhortons les candidats qui partagent notre vision de la République et de ses valeurs à se retirer de la compétition présidentielle au profit de Abdelkrim Zbidi.

Liste des vingt premiers signataires:

Khmais Chammari, ex-ambassadeur

Latifa Lakhdar, ancienne ministre,

Kamel Jendoubi, ancien ministre,

Mahmoud ben Romdhane ancien ministre

Mounira Chapoutot Ramadi, professeur d’université

Yadh Ben Achour, ancien doyen de faculté

Sadok Belaid, ancien doyen de faculté

Fethi Ben Slama, psychanalyste

Fahdel Jaziri, acteur et réalisateur

Hamadi Redissi professeur d’université

Slim Laghmani, professeur d’université

Samira Belkhadhi, cadre de banque, syndicaliste

Hassouna Mosbahi, écrivain

Habiba Ben Romdhane, ancienne ministre

Mohamed Kerrou, professeur d’université

Mohamed Lakhdar, avocat

Ezzedine Mhedhbi, Avocat

Mounir Khelifa, professeur d’université

Abdelkrim Hizaoui, professeur d’université

Jamil Hayder, expert en management de projets

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.