MAROC
17/06/2018 13h:09 CET

Voici pourquoi nous sommes de mauvaise humeur le ventre vide

Et comment l'éviter.

txking via Getty Images

HUMEUR - Si la mauvaise humeur vous envahit lorsque votre repas est retardé à la maison ou au restaurant, vous connaissez probablement la colère induite par la faim.

La colère reliée à un ventre vide est quelque chose que de nombreuses personnes ont expérimenté durant leur vie. Les scientifiques croient enfin avoir compris pourquoi un estomac qui gargouille peut conduire à la rage.

“Il est connu que la faim peut influencer l’humeur et même engendrer des comportements comme l’agressivité et l’impulsivité”, explique Jennifer MacCormack, auteure principale d’une étude publiée dans la revue Emotion.

L’équipe de chercheurs de l’Université de Caroline du Nord a analysé la psychologie derrière cette colère et ce ne serait pas seulement une baisse de la glycémie. L’étude suggère que nous vivons un sentiment de colère lorsque la faim nous rend moins résistants au stress de l’environnement externe.

“Nous avons tous déjà eu faim, reconnu la sensation et avalé un sandwich afin de régler le problème”, explique la coauteure de l’étude, Kristen Lindquist. “Le sentiment de colère apparaît lorsque vous vous sentez agressif parce que vous avez faim, mais interprétez ce sentiment comme une émotion reliée à votre entourage ou à la situation dans laquelle vous vous trouvez.” 

Erik Isakson via Getty Images

Pas de panique! Il pourrait bien y avoir un moyen de remédier à ce désagrément. Tout se résume à la conscience de soi et à l’apprentissage de la reconnaissance de la source de notre malaise.

Les chercheurs ont mené différentes expériences afin d’étudier les liens entre l’humeur et la faim. Dans l’une de ces expériences, plus de 200 étudiants universitaires ont été invités à jeûner ou à manger avant de participer à un test. Certains élèves ont également été invités à compléter un exercice d’écriture conçu pour diriger leur attention sur leurs émotions.

Tous les élèves ont ensuite réalisé un “exercice fastidieux” sur un ordinateur qui, à leur insu, était programmé pour ne pas fonctionner juste avant qu’il puisse être terminé. Un des chercheurs est ensuite rentré dans la pièce afin de blâmer l’étudiant.

Les participants ont ensuite rempli des questionnaires au sujet de leurs émotions et de leur perception. Les chercheurs ont constaté que les personnes affamées ont mentionné avoir davantage d’émotions désagréables, comme le stress. Ces personnes pensaient également que le chercheur menant l’expérience était plus critique ou sévère.

Les participants qui ont passé du temps à réfléchir à leurs émotions, même lorsqu’ils ont faim, n’ont pas signalé ces changements d’émotions ou de perceptions sociales.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Royaume-Uni a été traduit de l’anglais.