MAROC
17/04/2019 17h:47 CET | Actualisé 17/04/2019 17h:51 CET

Voici les personnalités arabes les plus influentes selon le "Time"

Un footballeur, un prince, un acteur, une militante des droits de la femme et une défenseuse des droits de l'homme.

TIME - C’est un des évènements médiatiques les plus attendus de l’année. Le magazine Time a révélé ce mercredi 15 avril la liste des 100 personnalités les plus influentes au monde.

Parmi elles, plusieurs personnalités arabes, réparties à travers les différentes catégories de la liste: “Titans”, “Icônes”, “Leaders” et “Artistes”. Ces derniers ne sont cependant pas représentés dans la cinquième catégorie “Pionniers”.

Pari Dukovic for TIME
Six des 100 personnalités ont eu droit à une couverture du Time, Taylor Swift, Dwayne Johnson, Sandra Oh, la journaliste Gayle King, la présidente de la Chambre des représentant américain Nancy Pelosi et Mohammed Salah. 

Parmi les “Titans”, on retrouve Mohamed Salah, également en une d’une des six couvertures de cette édition. Comme chacune des 100 personnalités, le footballeur égyptien a eu droit à un texte écrit en son honneur par une personnalité politique, culturelle, médiatique ou encore universitaire.

Ainsi, Mohamed Salah est décrit par l’humoriste anglais John Oliver comme étant “une meilleur être humain qu’il n’est joueur de football, et il est un des meilleurs joueurs au monde”. “Mo est une figure emblématique pour les Égyptiens, les habitants de Liverpool et les musulmans du monde entier. Pourtant, il se présente toujours comme un homme humble, pensif et drôle qui ne prend pas cela au sérieux”. John Oliver conclut son texte par une déclaration d’amour au joueur: “je l’aime absolument”.

Dans la catégorie “Artistes”, on retrouve le récemment oscarisé Rami Malek. L’acteur d’origine égyptienne a eu droit à un hommage rendu par l’acteur américain Robert Downey Jr, qui le décrit comme étant “mercurial”, en référence au rôle qui lui a valu un Oscar, Freddie Mercury. “De manière générale, c’est un homme bon qui évolue parallèlement à son potentiel. En tant que fan et ami, c’est ce dont je suis particulièrement fier”. Robert Downey Jr a également rendu hommage à la famille de l’acteur, qualifiant son succès comme étant “un autre témoignage des immigrés qui travaillent dur et qui élèvent leurs enfants correctement et poussent notre culture vers la lumière”.

Le prince héritier d’Abu Dhabi Mohammed ben Zayed (MbZ) est lui présent dans la catégorie “Leaders”. Cependant, ce dernier a droit à un hommage beaucoup plus contrasté. MbZ est notamment décrit, par le spécialiste du Moyen-Orient Ryan Bohl, comme étant la principale source d’inspiration de Mohammed Ben Salman (MBS), prince héritier saoudien, pour “son penchant pour la prise de risque”: “l’approche ‘militaire d’abord’ de MbZ, qui lui a valu le surnom de ‘petit spartiate’ auprès de certains officiels américains, porte le coût du sang au Yémen et d’une réputation dans les capitales occidentales”. “Mais MbZ a fréquenté l’Académie royale militaire de Sandhurst, et c’est un penseur du long-terme; la ferme conviction que la fin justifie les moyens, l’oblige à continuer”, conclut le spécialiste.

Deux militantes à l’honneur

La catégorie “Icônes” met en avant deux femmes arabes, la Saoudienne Loujain Al-Hathloul et la Yéménite Radhya Al-Mutawakel.

Défenseuse des droits de la femme, Loujain Al-Hathloul est depuis plus d’un an emprisonnée en Arabie saoudite, suite à un coup de filet des autorités contre plusieurs militantes féministes. “Le peuple saoudien doit beaucoup à Loujain al-Hathloul”, affirme au Time Sarah Leah Whitson, directrice exécutive de Human Rights Watch pour la région Moyen-Orient/Afrique du Nord. “Lorsque le prince héritier Mohammed Ben Salman a promis de moderniser le royaume, le changement le plus célèbre, qui permettait aux femmes de conduire en juin 2018, reposait sur les efforts intrépides et de longue date d’activistes comme Loujain”. Cette dernière “devrait être remerciée et appréciée par le royaume pour ce qu’elle est: un modèle de féminité saoudienne” conclut Leah Whitson.

Seconde femme mise à l’honneur, Radhya Al-Mutawakel, militante pour les droits humains au Yémen. Cette dernière est fondatrice et à la tête de Mwatana, une association qui recense les exactions commises par toutes les factions impliquées dans la guerre au Yémen. L’actuel candidat à la primaire démocrate, le sénateur du Vermont Bernie Sanders, a rendu hommage au travail de la militante, qu’il a rencontrée il y a un an, peu avant que le sénat américain ne vote contre le soutien des Etats-Unis à la guerre au Yémen. “Radhya et ses collègues font face chaque jour aux risques de découvrir les coûts humains de la guerre. Pour avoir dirigé ce travail, Radhya Al-Mutawakel mérite d’être reconnue comme l’une des plus courageuses parmi nous”, affirme-t-il.

Parmi les 100 autres personnalités présentes sur cette liste, on retrouve l’humoriste Hasan Minhaj, l’athlète Naomi Osaka, le controversé ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini ou encore la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Arden.