08/06/2018 11h:03 CET | Actualisé 08/06/2018 11h:03 CET

Viva Tech 2018: Quand les startups tunisiennes ont le vent en poupe

Tunisia's Got Talents ! Les stratups tunisiennes brillent au salon Vivatech à Paris.

Réunissant des milliers de jeunes pousses et des cracks de la technologie, l’édition 2018 de Viva Tech a été un véritable succès. D’Emmanuel Macron à Mark Zuckerberg, de grandes personnalités internationales de la High-tech, venus des quatre coins du monde, ont marqué leur présence pour découvrir les nouvelles pépites technologiques. En tout, plus de 100 mille visiteurs ont sillonné les stands du salon débordant de créativité et d’innovation.

 

Parmi les 9000 startups exposantes du 24 au 26 mai à Paris, des startups tunisiennes ont réussi à voler la vedette notamment grâce à Orange Tunisie qui a proposé à ces startups de vivre l’expérience Viva Tech sur son grand stand bien placé.

C’est le cas d’Enova Robotics, une startup pionnière en Afrique et dans la région Mena dans la fabrication et l’exportation des robots mobiles.

Avec son robot “Pearl Guard”, un robot de sécurité à usage civil, Enova Robotics a capté tous les regards. “C’était impressionnant” a indiqué son P-DG, Anis Sahbani, au HuffPost Tunisie. L’originalité et la singularité ainsi que la robustesse du robot ont fait chavirer les coeurs de plus qu’un. “Nous étions surpris par l’engouement et l’intérêt portés à l’égard de notre robot” a-t-il noté. D’ailleurs, certains grands groupes ont lorgné sur son projet et ont manifesté leur intérêt envers le robot vedette,“Pearl Guard”.“Nous avons eu des prospects très avancés”, a-t-il précisé.

Au delà des promesses, Enova Robotics a gagné en visibilité. Son expérience au salon semble fructueuse. Anis Sahbani et son équipe comptent se lancer dans des tournées en France sur des sites hyper sécurisés pour dévoiler les atouts des robots, a-t-il confié. 

 

Revenant sur son aventure à Viva Tech, Sahbani a fait savoir que le groupe Orange leur a donné un solide coup de pouce pour booster leur visibilité et opter pour un meilleur emplacement dans le salon. En fait, Enova Robotics, ainsi que deux autres startups à savoir Incept et Toufoula Kids, ont eu le privilège de participer à cet événement phare grâce au groupe Orange. “Nous avons été parrainés par le groupe Orange” a-t-il noté. Ces derniers ont eu la chance d’exposer dans le stand d’Orange, le plus grand stand du salon, selon ses dires.

Pour le PDG d’Enova Robotics, l’expérience à Viva Tech était surprenante. Il a, d’ailleurs, dressé un bilan positif de sa participation. “Vous êtes une fierté pour la Tunisie” “Bravo”... C’est ainsi que beaucoup de visiteurs Tunisiens ont exprimé leur admiration et salué les efforts d’Enova Robotics, a-t-il raconté. 

Lancée en 2014, Enova robotics est la première société en Afrique et dans la région Mena qui fabrique et exporte des robots mobiles à partir de la Tunisie. À ce jour la marque a créé 4 robots chacun spécialisé dans un domaine particulier: sécurité, marketing, enseignement et assistance à domicile.

LIRE AUSSI:

Même si les startups foisonnent à Viva Tech, Incept, une startup tunisienne, a su, elle aussi, s’imposer et sortir du lot. Mélanger les mondes numérique et physique afin de valoriser le patrimoine culturel tunisien est l’idée phare de son projet original.

En effet, Incept envisage à travers la technologie de donner du relief aux musées et aux sites archéologiques et transporter ses utilisateurs dans un voyage inédit dans le temps. 

Derrière ce beau projet, se cache le jeune Sofiane Chaieb. “L’expérience Viva Tech est assez intéressante” a-t-il confié au HuffPost Tunisie. Ayant participé pour mettre les projecteurs sur son dernier produit, Sofiane a été surpris de l’intérêt porté pour sa startup. Il a, en effet, engrangé une double satisfaction: “D’une part nous avons fait des contacts stratégiques avec des clients et partenaires potentiels, principalement français, et d’autre part, nous avons eu de la demande par rapport à notre branche services, chose qui n’était pas prévue” a-t-il argué.

D’après lui, les startups tunisiennes ne manquent pas de génie. Ces dernières se sont imposées dans cette ruche bourdonnante de startups. Selon lui, rien ne les empêche de jouer dans la cour des grands .

“Comparé au monde, nous ne sommes pas si loin côté technologique. C’est une question de persistance, de créativité et de branding. La participation Tunisienne était, à quelques détails prêts, de qualité dans son fond” a-t-il expliqué. 

Interrogé sur ses priorités, le fondateur d’Incept a révélé qu’il se focalise actuellement sur son nouveau totem, Surfin. “Il s’agit d’un compagnon digital pour les touristes culturels, et ce en utilisant la technologie de réalité augmentée” a-t-il précisé. 

Avec son concept assez original et sophistiqué, Incept a, en effet, réussi son passage de simple idée dans la tête de Sofiane Chaieb à celui du test grandeur nature. “Nous voulons ainsi être considérés comme une référence en Tunisie dans ce domaine” a-t-il martelé en ajoutant que sa startup “pousse chaque jour de nouveaux concepts pour satisfaire ses clients, que ce soit en Tunisie ou à l’international, en quête de solutions immersives innovantes. 

Plaçant la barre très haut, Sofiane a fait savoir qu’il ne cherche pas pour le moment à collectionner les contrats mais plutôt à creuser et à développer et à promouvoir l’originalité de ses créations.

LIRE AUSSI:

Cet objet high-tech tunisien a été offert à plusieurs ministres étrangers pour leur plus grande joie

Pareil pour la startup tunisienne “Toufoula Kids” qui avec son concept dédié à l’éducation numérique, a su capter les regards. Elle représente, en effet, la nouvelle génération d’éditeur de contenus éducatifs pour enfants de 4 à 12 ans, et ce à travers des supports digital et physique.

“C’était une occasion unique”, indique sa fondatrice Awatef Mosbah au HuffPost Tunisie. “Viva technology était pour nous une grande porte vers le monde de l’innovation, et le fait de bénéficier d’un stand dans le pavillon d’Orange, était une opportunité de visibilité, de rencontre BtoB et de contact avec les startups du monde entier, et des investisseurs” a-t-elle poursuivi.

Selon elle, sa participation au salon Viva Tech ne se résume pas au fait de côtoyer les entreprises mondiales, fruits de la créativité et de l’innovation technologique. Mais, elle est bien plus globale. “Cette participation nous a permis non seulement de mieux percevoir notre positionnement par rapport au marché mondial de la nouvelle technologie en tant qu’éditeur de contenus éducatifs digital mais aussi de prendre connaissance des mutations et avancées technologiques” a-t-elle souligné. 

Même si sa participation à ce carrefour de nouvelles technologies est une première aventure pour Toufoula Kids dans un évènement de pareil envergure “cependant ce n’est surement pas la dernière au vue de la visibilité extraordinaire dont nous avions bénéficié, des contacts noués et des échanges plus que bénéfiques entrepris avec les acteurs internationaux dans la nouvelle technologie” a-t-elle indiqué.

Interrogée sur l’effet marquant de sa participation au salon Viva Tech, Awatef Mosbah a précisé que c’était, sans hésitation, le 3ème jour de l’évènement, dédié au grand public. C’était pour elle une occasion inédite de tester ses solutions avec des enfants âgés de 4 à 12 ans, issus de la diversité, vivant en France et d’origine Nord-Africaine.

Au cours de ces trois journées marathoniennes, Toufoula Kids a pu entamer des discussions avancés et des connexions importantes avec des pointures de la nouvelle technologie. “Dans les prochaines semaines, des partenariats devront être signés afin de nous positionner sur des marchés internationaux à fort potentiel” a-t-elle annoncé.

D’autre part, elle a fait savoir qu’un partenariat avec Orange fondation en France devrait être signé pour un déploiement de ses contenus sur les stores d’Orange.

Cette startup qui avance à pas sûrs table sur une présence nationale et  internationale plus musclée. “Nous sommes, en Tunisie, en phase de distribution de notre smart magazine avec des jeux de réalité augmentée, déclare la fondatrice de Toufoula Kids. Et de noter que parallèlement sa startup est en train de reconquérir de nouveaux marchés internationaux tels que le Bahreïn et la France, spécialement dans le sud.

LIRE AUSSI:

Mubadirat - Toufoula Kids: L’application mobile éducative pour enfants créée par la Tunisienne Awatef Mosbah

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.