TUNISIE
17/12/2018 14h:18 CET

Visite de Chahed en Arabie Saoudite, attaque terroriste de Kasserine, loi de Finances: Le porte-parole du gouvernement fait le point

“Ce qui s’est passé à Kasserine démontre l’isolement dans lequel se trouvent les terroristes aujourd’hui"

Anadolu Agency via Getty Images

Invité de la matinale de Shems FM, le porte-parole du gouvernement, Iyed Dahmani est revenu sur plusieurs évènements d’actualité dont la dernière attaque terroriste à Kasserine, où des terroristes ont braqué une banque avant de tuer Khaled Ghozlani, frère du militaire Said Ghozlani assassiné le 5 novembre 2016.

“Ce qui s’est passé démontre l’isolement dans lequel se trouvent les terroristes aujourd’hui (...) Ils n’ont plus d’argent” a commenté Iyed Dahmani ajoutant qu’il y a “un réel problèmes pour les habitants qui habitent près des zones montagneuses”.

 

 

Pour y remédier, “le chef du gouvernement a pris hier des décisions comme le renforcement de la présence sécuritaire près des habitations se situant près des frontières” a-t-il précisé ajoutant que des primes supplémentaires seront accordées aux familles de martyrs comme le démontre la loi de Finances 2019.

Le voyage de Youssef Chahed en Arabie Saoudite

Interrogé sur l’aide économique accordée à la Tunisie par l’Arabie Saoudite suite à la visite du chef du gouvernement Youssef Chahed, Dahmani affirme que “quand le prince héritier est venu en Tunisie, il n’y a pas eu d’accord sur le montant des financements. Il n’y a eu aucune annonce ni du côté tunisien, ni du côté saoudien”.

Au total, c’est près de 2400 millions de dinars qui seront accordés par l’Arabie Saoudite à la Tunisie entre prêts et dons.

La rencontre entre le chef du gouvernement avec les autorités saoudiennes “a été une occasion de discuter des besoins en financement de l’État tunisien, et fort heureusement celle-ci a été fructueuse puisque nous avons obtenu des réponses favorables à nos demandes” a expliqué Dahmani.

Ces aides concerneront de nombreux projets: “Certaines visent des projets spécifiques comme dans l’infrastructure ou dans l’accès à l’eau potable du côté de Bizerte à hauteur de 350 millions de dinars. Il y a aussi une partie destinée à l’appui budgétaire via des prêts à des conditions préférentielles”.

La loi de finances

Concernant la volte-face des députés, sur l’article 22 de la loi de Finances, d’abord adopté, puis rejeté, et qui touche à l’’imposition d’une contribution exceptionnelle de 1% sur les chiffres d’affaires des banques, des compagnies d’assurance et du pétrole et de télécommunications, Iyed Dahmani estime que “le ministre des Finances n’a subi aucune pression. Je ne pense pas que nous avons des choses comme ça qui se passent dans notre pays”.

Pour lui, cette volte-face s’explique par plusieurs raisons: “cet article a été voté la veille du vote sur la loi de finances dans son ensemble. Si vous aviez lu la presse spécialisée, au lendemain du vote de l’article, la bourse a perdu 500 milliards. Cela n’était jamais arrivé en Tunisie”.

De plus, si cet article était passé, “il n’y aurait pas de justice fiscale si comme c’était mis au départ, on appliquait une taxe sur le nombre de transactions. Les taxes doivent être faites sur les bénéfices”.

Enfin, selon Dahmani, “le chef du gouvernement a dit précédemment qu’il n’y aurait pas de nouvelles taxes. Pourquoi? Parce que si nous imposons de nouvelles taxes aux entreprises, qui va en payer le prix? Ce sera le citoyen!”.

“Notre priorité au gouvernement est de combattre la hausse des prix. Celui qui veut combattre la hausse des prix, n’impose pas de nouvelles taxes” a-t-il conclu.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.