MAROC
17/03/2016 12h:27 CET | Actualisé 17/03/2016 12h:32 CET

Maroc: Le projet de loi contre les violences faites aux femmes critiqué par un coalition d'ONG féministes

DR
Pourquoi le projet de loi sur les violences faites aux femmes ne plaît pas aux féministes

LOIS - Alors que le Conseil du gouvernement du 17 mars a vu l'adoption du projet de loi N° 103.13 relative à la lutte contre les violences faites aux femmes, la coalition Printemps de la dignité a tiré la sonnette d'alarme au sujet de certaines dispositions du projet de loi.

Lors d'une conférence organisée mercredi 16 mars à Casablanca, la coalition, initiatrice de cette rencontre en partenariat avec l'Association marocaine pour les droits des femmes (AMDF), a exprimé son mécontentement quant au "recul qu'a connu la deuxième version du projet de loi, au niveau du cadre des significations des dispositions juridiques, notamment celles relatives aux différentes formes de violences à l'égard des femmes".

Pour cause: les définitions des différentes formes de violences faites aux femmes, jugées trop floues par les membres de la coalition, peuvent constituer autant de failles juridiques qui pourraient être exploitées pour légitimer ou justifier certaines formes de violence contre les femmes.

Asmaa El Mehdi, coordinatrice de la coalition "Printemps de la dignité", a aussi critiqué le fait que la deuxième version de ce projet de loi exclut plusieurs catégories des femmes de la protection juridique, dont les mères, les femmes célibataires, les migrantes et les femmes à besoins spécifiques.

Elle a, par ailleurs, estimé que le retard dans la promulgation de cette loi reflète "l'absence de volonté de mettre en place une législation à même de protéger les femmes contre la violence".

La juriste Khadija Rougani a, de son côté, relevé que le texte ne répond pas aux attentes formulées par la société civile, et ne répond pas aux exigences qui doivent être remplies par tout projet visant à lutter contre la violence faite aux femmes, notamment les volets relatifs à la prévention de la violence fondée sur le genre, la répression de ces violences et la prise en charge des victimes.

LIRE AUSSI:
Galerie photo Campagne "Ils, elles, nous... féministes" Voyez les images