TUNISIE
30/03/2018 13h:47 CET

Violences envers les femmes députées à l'ARP: l'ATFD réagit

Accusations mutuelles, insultes, accrochages...les députés ont touché le fond.

Facebook/ARP

Les discussions sur le prolongation des travaux de l’Instance vérité et dignité à l’Assemblée des représentants du peuple ont donné lieu à des échanges d’une rare violence entre les députés. Accusations mutuelles, insultes, accrochages...les députés ont touché le fond. 

Certains en ont fait particulièrement les frais, notamment la députée Samia Abbou, traitée de “danseuse dans les hôtels” par le député Hsan Amari. (vidéo ci-dessous)

 

 

 

L’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD) a publié un communiqué le 30 mars pour fustiger cette vague de violence verbale:

“Nous somme déçues par le désolant spectacle offert par le parlement devant les Tunisiennes et Tunisiens et le bas niveau du débat. Ce qui est déroutant, ce sont les insultes, les injures, les atteintes à l’honneur et les affronts aux militants et militantes. Ceci dénote de l’ampleur de la haine et des règlements de compte qui n’ont aucune utilité, sinon rendre compte d’une situation fragile et dangereuse à l’aune de la d’une conjoncture politique, économique et sociale alarmante”, a dénoncé l’organisation féministe. 

L’ATFD dénonce toute forme d’abaissement des femmes en se fondant sur leur apparence physique, l’étalage en public de leur vie privée afin de les intimider et de ternir leur réputation. 

 

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.