MAROC
19/07/2019 10h:42 CET

Viol et meurtre de Hanane à Rabat: huit autres personnes arrêtées

Un sit-in doit être organisé ce vendredi pour protester contre les violences faites aux femmes.

Elena Odareeva via Getty Images

JUSTICE - Du nouveau dans l’affaire du viol et du meurtre de Hanane survenus en juin, dont la vidéo extrêmement violente a récemment fait le tour des réseaux sociaux.

Le service préfectoral de la police judiciaire de Rabat a arrêté huit autres individus “pour leur implication présumée dans des actes criminels liés à la non dénonciation d’un crime et non assistance à personne en danger”, affirme la DGSN dans un communiqué.

Selon la même source, les mis en cause, âgés entre 33 et 61 ans, ont été interpellés dans le cadre des investigations “menées suite à la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo montrant l’agression physique qui a conduit à la mort de la victime”. Ces investigations ont permis d’identifier l’homme impliqué dans le tournage de cette vidéo. Ce dernier était d’ailleurs déjà en détention dans le cadre d’une autre affaire pénale, indique le communiqué.

Les mêmes investigations ont permis d’identifier sept autres mis en cause, dont certains ont assisté à l’agression sans porter assistance à la victime et d’autres ont reçu la vidéo et connaissaient ses circonstances sans aviser les autorités, précise la DGSN. L’homme qui apparaît sur la vidéo en train d’agresser la victime a lui été arrêté et déféré devant la justice pour homicide volontaire. 

Les mis en cause ont été placés en garde à vue à la disposition de l’enquête afin, notamment, d’identifier d’éventuels autres complices. 

Mobilisation

Cette affaire d’une extrême violence a particulièrement choqué l’opinion publique marocaine. Sur les réseaux sociaux, plusieurs personnalités appellent à se mobiliser contre les violences faites aux femmes. Parmi elles, l’actrice Latefa Ahrrare, qui a publié sur Facebook un communiqué condamnant “cet acte terrible que nous considérons comme une atteinte à la dignité humaine de la femme”. 

Dans ce même texte, rédigé par des acteurs associatifs, activistes, intellectuels, journalistes, universitaires, parlementaires, syndicalistes et artistes, ces derniers appellent à “l’adéquation des lois nationales avec les conventions internationales relatives à la question du viol”.

Un message qui a suscité plusieurs réactions sur les réseaux sociaux, notamment de la part d’acteurs culturels comme le cinéaste Kamal Hachkar, l’acteur et musicien Fayçal Azizi ou encore le président de la Fondation nationale des musées et peintre Mehdi Qotbi.

Un appel à un sit-in organisé ce vendredi 19 juillet devant le parlement à Rabat, à midi, a aussi été lancé.