ALGÉRIE
20/08/2019 12h:43 CET

Vidéos alarmistes sur la qualité de l’eau: pouvoirs publics et compagnies d’eau minérales sans réaction

rclassenlayouts via Getty Images

En quelques jours deux vidéo virales mettant gravement en cause la qualité de l’eau de robinet et les eaux minérales vendues dans le pays ont été mises en ligne sur les réseaux sociaux.

La première vidéo, celle d’un habitant de Baba Ali, montrant d’inquiétant dépôts noirs captés par son filtre à eau. La Société des Eaux et de l’Assainissement d’Alger (SEAAL) a réagi rapidement par un communiqué assurant que l’eau qu’elle produit et distribue est “conforme aux normes Algériennes de notabilité.” La société précise qu’elle réalise chaque année 144 000 analyses Physico-chimiques et 26 000 analyses bactériologiques pour s’assurer de la qualité de l’eau.

“Les résultats des analyses effectuées au niveau de la commune de Baba Ali sont conformes aux normes” affirme le communiqué de la SEAAL qui demandait au client de Baba Ali de se rapprocher de ses services “ pour réaliser des prélèvements au niveau de son domicile et le rassurer sur la qualité de l’eau distribuée par SEAAL”.  

Cet effort de communication, dont l’impact est difficile à évaluer, est louable. Mais quelques jours plus tard, une autre vidéo qui se veut plus scientifique en effectuant une expérience comparant l’eau du robinet “normale” avec l’eau passant via un osmoseur, qui est dispositif qui débarrasse, l’eau “ de la majeure partie de ses solutés tels que les chlorures, les sulfates, les phosphates, etc.”.

 

Vendeurs d’osmoseurs? 

Un première expérience consiste à utiliser un appareil dit TDS pour mesurer les particules solides dans l’eau et ensuite à un électrificateur. La même expérience est appliquée aux eaux minérales. L’eau sortant de l’osmoseur est “saine” alors que l’eau du robinet et des eaux minérales prend une teinte noirâtre. Des “pesticides” affirme l’auteur de l’expérience qui reste anonyme et présenté comme un “chercheur algérien”. 

Des commentaires de connaisseurs ont dénoncé une supercherie et une opération de marketing pour vendre des “osmoseurs”.


Sur YouTube, on peut trouver également des vidéos pédagogiques qui mettent en garde contre la duperie des comparaisons entre les eaux avec le recours à l’électrolyse.  

 

 Une communication absente

 Ces commentaires critiques et rationnels  ainsi que les explications pédagogiques apportent une contradiction sérieuse et convaincantes à ces vidéos alarmistes. Mais cela ne suffit pas à faire contrepoids à ces vidéos très partagée. Il y a ceux qui ne doutent pas  et 

“dénoncent” la SEEAL ou les sociétés d’eaux minérales.. Beaucoup d’internautes affichent leur perplexité ne sachant que croire. Et pour cause, si la SEEAL a fait un effort pour rassurer, les sociétés d’eau minérales pourtant littéralement “massacrées” par la vidéo n’ont pas réagi. 

 Il en est de même des pouvoirs publics concernés, notamment le ministère de la santé ou du commerce qui devraient réagir quand des vidéos aussi inquiétantes prennent une tournure virale.