MAROC
18/09/2018 14h:27 CET | Actualisé 18/09/2018 15h:05 CET

Vidéo de défilé de lingerie à Agadir: La marque marocaine porte plainte

La publication de la vidéo constitue “une violation de la vie privée et du droit à l’image”.

Facebook/Capture écran

JUSTICE - Une vidéo d’un défilé de lingerie circule sur les réseaux sociaux depuis quelques jours. L’événement, qui s’est déroulé le 15 septembre à Agadir, a essuyé de nombreuses critiques de la part des internautes, notamment à cause de sa tenue à la Chambre de Commerce, d’Industrie et de Services de la région Souss Massa, un organisme public soumis à la tutelle du ministère de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique.

Si la vidéo a fait le buzz sur la toile, sa publication n’a définitivement pas ravi Nancy Lingerie, l’organisateur de ce défilé “strictement réservé aux femmes”, selon un communiqué publié par la marque. La société qui se décrit comme la première marque marocaine de lingerie en vente directe, prévoit de porter plainte contre la personne qui a diffusé la vidéo sur les réseaux sociaux. 

“La personne n’a pas encore été identifiée mais notre équipe juridique a déjà lancé sa recherche et prendra ensuite les mesures nécessaires”, déclare au HuffPost Maroc Khadija Jorf, directrice des réseaux de vente chez Nancy Lingerie soulignant que l’événement était sur invitation.

Nancy Lingerie rappelle que la publication de la vidéo, sans le consentement de la marque ou des personnes apparaissant dans l’extrait, constitue “une violation de la vie privée et du droit à l’image”.

L’événement de samedi dernier n’est pourtant pas le premier défilé de la marque. La société créée en 2016 a déjà organisé plusieurs autres défilés dans différentes villes du Maroc notamment à Casablanca, Marrakech, Berrechid ou encore Azrou.

“C’est notre 10e défilé et nous n’avons jamais eu ce genre de problème”, s’indigne Khadija Jorf. “Il est vrai que nous autorisons les femmes à prendre des photos et des vidéos mais elles doivent les utiliser strictement pour leurs activités professionnelles”, précise la directrice de vente.

Les femmes présentes étaient donc les futures “conseillères style” de la marque qui vend ses produits uniquement par voie directe pendant des après-midis “exclusivement féminins permettant aux clientes de toucher et essayer les modèles en toute intimité”, d’après le communiqué. Les réactions négatives sur les réseaux ne font que “conforter leur modèle de distribution”, conclut la marque de lingerie.