TUNISIE
28/05/2019 16h:28 CET | Actualisé 28/05/2019 17h:36 CET

Vers une interdiction des patrons de médias et des dirigeants d'associations de se présenter aux élections?

Le bruit court qu'une telle idée germe dans la tête de certains députés alors que sera discutée en plénière dans les jours à venir l'amendement de la loi organique n° 2014-16 du 26 mai 2014, relative aux élections et référendums

Anadolu Agency via Getty Images

Une proposition de loi visant à interdire aux patrons de médias et aux dirigeants d’associations de se présenter aux élections est en cours de préparation a appris, lundi, le HuffPost Tunisie auprès de certains députés.

Si ses contours restent pour l’instant flous, celle-ci ferait l’unanimité auprès de certains députés des blocs parlementaires des partis présents à l’ARP, puisqu’elle viserait ainsi le fondateur de la chaine privée Nessma Tv Nabil Karoui, candidat déclaré à la présidentielle et actuellement en tête de certains sondages, mais également l’initiative “3ich Tounsi” portée par Olfa Rambourg.

“Alors que les partis politiques sont soumis à des lois claires notamment en matière de financements et de campagne électorale, les associations ou encore les médias utilisent des moyens anti-concurrentiels pour faire la propagande de leurs candidats ou leurs partis. Je ne sais pas si cette initiative verra le jour ou pas, elle a juste été évoquée par certains députés et s’articulerai autour de l’amendement du chapitre III de la loi organique n° 2014-16 du 26 mai 2014, relative aux élections et référendums” affirme au HuffPost Tunisie un député du bloc parlementaire de Nidaa Tounes.

Effectivement, la loi organique n° 2014-16 du 26 mai 2014, relative aux élections et référendums ne prévoit pas de telles interdictions. En effet, si elle interdit la publicité politique - à savoir toute action publicitaire ou propagande moyennant contrepartie matérielle ou gratuitement, usant des méthodes et techniques du marketing commercial, destinée au grand public et visant à faire la promotion d’une personne, d’une position, d’un programme ou d’un parti politique en vue d’attirer les électeurs ou influencer leur comportement et leur choix, via les médias audiovisuels, la presse écrite ou électronique ou à travers des supports publicitaires fixes ou mobiles, installés sur les lieux ou les moyens publics ou privés- durant la période électorale, elle ne prévoit rien pour la période pré-électorale. Idem au niveau des associations qui ne sont pas soumises à la loi organique de 2014.

Même son de cloche du côté d’un dirigeant du Front Populaire réfutant cependant l’idée d’une loi “sur-mesure contre Nabil Karoui et 3ich Tounsi”: “C’est une question d’équité. Ils utilisent des moyens que les partis politiques n’ont pas ou ne peuvent pas avoir légalement. Je dis ça parce qu’indirectement, certains partis utilisent ces procédés. Il y a par exemple Ennahdha qui utilise Zitouna Tv et des associations pour faire sa propagande. Parfois ça va même plus loin, vous pouvez le constater lors des prêches dans les moquées, mais ça c’est une autre histoire”. Selon ce député, cette initiative visera à assainir la scène politique de relents “populistes et propagandistes mais aussi de remédier aux problèmes rencontrés lors des élections de 2014 où médias et associations ont portés certains candidats ou certaines listes au détriment d’autres qui n’avaient pas les mêmes possibilités”.

“Je ne dis pas que cette initiative existe et encore moins qu’elle est bonne, mais elle mérite d’être débattue” conclut-il.

Si pour l’instant la lumière n’a pas été faite sur cet “amendement” ou cette proposition de loi, celle-ci risque probablement d’être adoptée annonce Business News affirmant que Tahya Tounes, Ennahdha, Nidaa Tounes et le Front Populaire seraient d’accord sur une telle initiative.

Rappelons qu’un projet de loi organique amendant la loi organique n° 2014-16 du 26 mai 2014, relative aux élections et référendums devait être en discussion aujourd’hui en plénière à l’Assemblée des représentants du peuple, mais celle-ci a été reportée à mercredi.

 

Nessma Tv déplore une “attaque du gouvernement”

Dans un communiqué publié par la chaine Nessma Tv, celle-ci a affirmé que le porte-parole du gouvernement Iyed Dahmani serait aller voir plusieurs députés, parmi eux Ali Laarayedh”, député d’Ennahdha, pour les convaincre d’ajouter “un nouvel article” relatif à la loi électorale “qui interdit en particulier à Nabil Karoui de se présenter à la présidentielle”.

 

“Ce qu’on peut dire, c’est que le scénario de la manipulation des lois se poursuit et de manière flagrante par ceux là même qui sont censés les respecter” ajoute le communiqué évoquant une tentative “d’affaiblir les opposants”.

De nombreux sondages placent le fondateur de la chaine Nessma Tv, Nabil Karoui, en tête des intentions de vote.

Selon le dernier sondage réalisé par Elka consulting, celui-ci arriverait en tête des réponses spontanées et dirigées, avec respectivement 21,1% et 32% des voix, alors qu’il ne s’était pas encore déclaré candidat. 

Lundi, il avait annoncé sur sa chaine sa candidature à l’élections présidentielle mais également la présentation de listes candidates aux législatives.

En off, de nombreuses voix déplorent les méthodes utilisées par Nabil Karoui via sa chaine et son association “Khalil Tounes” et ne voient pas d’un très bon oeil son ascension dans les sondages tout comme celles des candidats jugés hors du système des parties politiques.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.