ALGÉRIE
21/04/2015 07h:25 CET | Actualisé 21/04/2015 07h:25 CET

Verdict demain de l'affaire de l'ex-PDG de Sonatrach Mohamed Meziane

Archives

Le verdict dans l'affaire pour infraction à la législation des changes et passation de marchés contraire à la réglementation dans laquelle sont impliqués l'ex-PDG du groupe Sonatrach Mohamed Meziane et un Vice-président du groupe sera prononcé le 22 avril par le Pôle judiciaire spécialisé d'Alger, annonce l'Agence de presse algérienne (APS).

Sous contrôle judiciaire, l'ex-PDG du groupe Sonatrach avait comparu libre durant l'audience, alors que l'ex-vice président amont de Sonatrach comparaissait en état de détention. Il est en détention depuis 2010.

Lors du procès tenu le 8 avril dernier, une peine de cinq ans de prison ferme assortie d'une amende de 122 millions de dinars avait été requise par le ministère public contre Mohamed Meziane et Boumediene Belkacem, vice-président du groupe chargé des activités amont.

La partie civile à l'origine de la plainte déposée contre les deux inculpés est l'administration des Douanes.

Selon l'ordonnance de renvoi, Sonatrach avait conclu en 2008 un marché avec la compagnie Schlumberger portant réalisation d'une raffinerie dans la région de Stah à Adrar d'une valeur de 126 millions de dollars. Mais lors de l'exécution du marché, il a été procédé à l'importation de pièces de rechange et de générateurs électriques par quotas "surfacturés" ayant atteint 1,2 million de dollars, ce qui constitue une violation flagrante de la loi sur les changes et ce dans le but de transférer illégalement des fonds vers l'étranger, selon la même source.

L'ex PDG de Sonatrach avait nié lors du procès les deux chefs d'accusation qui pesaient contre lui, à savoir la violation de la législation sur les changes et celle sur le mouvement des capitaux, clamant son innocence et celle du vice-président.

Les deux inculpés sont aussi poursuivis avec 17 autres accusés dans une autre affaire de corruption, dite Sonatrach 1 pour "constitution d'une association de malfaiteurs, blanchiment d'argent, corruption et trafic d'influence".

Le procès de cette affaire très médiatisée a été reporté lors de la session criminelle de 2014 au 7 juin prochain à la Cour d'Alger, siège du tribunal criminel de la même juridiction, selon le rôle des affaires criminelles 2015.

LIRE AUSSI: Le séisme judiciaire de janvier 2010: le staff de Sonatrach tombe, Chakib Khelil est sonné mais "sauf"

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.