LES BLOGS
30/06/2015 10h:17 CET | Actualisé 30/06/2016 06h:12 CET

Vendredi noir: Trois faces du même monstre

TERRORISME - De mémoire de sécuritaire, le terrorisme islamiste n'avait jamais, jusqu'à ce vendredi 26 juin, et de surcroît pendant le mois sacré de Ramadan, frappé dans trois continents différents, et dans une temporalité aussi proche. La nouveauté mérite d'être soulignée, d'autant que ces attaques font suite au message d'Abu Mohammed El Adnani, porte-parole de l'Organisation Etat Islamique (OEI ou Daech).

alatelefr/Flickr

TERRORISME - De mémoire de sécuritaire, le terrorisme islamiste n'avait jamais, jusqu'à ce vendredi 26 juin, et de surcroît pendant le mois sacré de Ramadan, frappé dans trois continents différents, et dans une temporalité aussi proche. La nouveauté mérite d'être soulignée, d'autant que ces attaques font suite au message d'Abu Mohammed El Adnani, porte-parole de l'Organisation Etat Islamique (OEI ou Daech).

Ce terroriste en chef, qui prend de l'ampleur avec la paralysie du "calife" Al Baghdadi, a incité ses adeptes à faire du mois sacré, censé être un mois de jeûne, de piété, de charité et de spiritualité, "un désastre pour les infidèles, les mécréants et les chiites et musulmans apostats". Dans ce message, toute la doctrine de cette nébuleuse est explicitée.

Quels ont alors été les objectifs visés par les trois attaques de cette journée noire (étant entendu que l'attaque des shebabs en Somalie le même jour, avec un bilan très lourd, est exclue, cette mouvance terroriste n'ayant jusqu'à présent pas prêté allégeance à l'OEI)? Examinons les trois opérations.

L'attaque de la Mosquée d'Al Sawabir à Koweït City

La cible est claire et porte la signature de la nébuleuse Al Baghdadi, puisqu'il fait du chiisme un ennemi majeur du sunnisme, dont il essaie d'étouffer l'expansion. Là se situe le point d'achoppement avec Al Qaïda, qui considère que la confession chiite n'est pas le vrai ennemi.

Cet Emirat qui compte 30% de chiites vient pour la première fois s'ajouter au Yémen et à l'Arabie Saoudite, déjà frappés durant les prières du vendredi. Et l'on pourrait s'attendre à ce que d'autres pays du Golfe soient dans le collimateur des stratèges de ce mouvement terroriste. L'auteur de cet attentat est de surcroît un ressortissant saoudien, et l'enquête, qui semble avancer, livrera les ramifications certaines de l'organisation terroriste dans cette partie de l'Asie.

L'attentat de St Quentin Fallavier en France

Œuvre d'un ressortissant français chauffeur livreur de son état, nommé Yacine Salhi dont le père est d'origine algérienne et la mère marocaine, cet acte ignoble, bien que n'ayant pas encore été revendiqué, porte la signature de l'OEI par le mode opératoire dont la décapitation, l'exhibition de la tête de la victime et les drapeaux noirs et autres inscriptions ne font aucun doute sur l'inspiration de l'auteur de cet assassinat. Par ailleurs, l'enquête fait état d'un "selfie" fait avec la tête de la victime envoyé à un destinataire en Syrie, sur un numéro canadien. À moins d'un éventuel rebond, les dessous de cette affaire ne tarderont pas à apparaître d'autant plus qu'Interpol est de la partie.

Là aussi, ce sont les "mécréants" que le terroriste voulait éliminer au nom d'une idéologie obscurantiste et intolérante que des sergents recruteurs ont pu lui inculquer. Rappelons néanmoins que cet individu faisait l'objet d'une "fiche S 13" (sur une échelle qui en compte 15), de 2006 à 2008, pour ses accointances avec des cellules salafistes notoires. Cela pose la question cruciale des motifs de sa disparition des "écrans radars" des services de renseignement, d'autant plus qu'il a réitéré ces fréquentations sans être inquiété.

Le procureur de Paris vient enfin de confirmer le caractère terroriste de cet attentat. En effet, selon Monsieur Molins, l'auteur avait prémédité son acte en achetant le drapeau avec les inscriptions de profession de foi musulmane. Ce magistrat a affirmé qu'il était en contact avec un certain Younes Sébastien, un franc-comtois parti avec sa famille en 2014 en Syrie, et qui était destinataire du selfie macabre. Par ailleurs, la disparition de son passeport est de nature à camoufler un séjour en Syrie que sa propre famille a révélé aux enquêteurs de la DGSI.

L'attentat de Sousse en Tunisie

Cet acte terroriste ignoble survient trois mois après celui du musée du Bardo, et vise également l'économie d'un pays dont le tourisme représente 7% de son PIB, et assure 50.000 emplois. L'auteur de l'attaque, Seifeddine Rezgui, un étudiant de 23 ans, s'est infiltré dans l'établissement hôtelier à partir de la plage privée avec une kalachnikov et une grenade à la main, jusqu'à la piscine où les touristes bronzaient.

Le tueur a volontairement épargné ses compatriotes et s'en prenait aux étrangers dans un spectacle macabre avec un calme déconcertant, qui dénote un endoctrinement prégnant sur des jeunes déstructurés en mal de référents et de repères. Par cet acte odieux, le terrorisme a tué des touristes et le tourisme tunisien, mais tente aussi de faire avorter une transition démocratique qui se déroule dans le consensus et la douceur.

Le concept de "loup solitaire", une notion galvaudée et un alibi

A chaque fois que des pays sont victimes d'actes terroristes, le débat sur ce que des experts autoproclamés appellent les "loups solitaires" surgit pour affirmer que la notion est une réalité que les usages sécuritaires doivent intégrer dans l'analyse et l'évaluation des modus operandi terroristes. Que signifie ce concept? C'est le fait qu'un terroriste, dans tout le processus de radicalisation, d'endoctrinement, de recrutement et de passage à l'action, puisse le faire en autogestion sans aide de personnes ou d'organisations.

La référence au numérique et aux réseaux sociaux pour la génération X et Y est souvent évoquée. Or dans la réalité, sur toute ou partie de la chaîne, il y a des contacts physiques ou virtuels avec d'autres terroristes. Cette notion a été utilisée en France au moment de l'affaire Merah, en décembre 2012, surtout pour cacher des dysfonctionnements dans la communauté du renseignement, car les investigations avaient permis l'interpellation d'une douzaine d'acolytes.

Dans les cas récents, Rezgui est-il solitaire? Où a-t-il eu l'arme? Salhi qui était endoctriné dans des cellules salafistes, est-il lui aussi solitaire? Les exemples sont nombreux pour démontrer que cette théorie est un non sens, un alibi.

Sans aller jusqu'à affirmer comme Gilles Kepel que "la théorie du loup solitaire est une imbécillité (...) mise en place par des pseudo-universitaires et quelques journalistes qui les suivaient et qui ne connaissent pas la réalité des textes et de l'action des jihadistes (...). Seul ou à deux ils font partie d'un réseau ou sont inspirés. Pour ceux qui se sont intéressés à Daech, cette théorie ne tient bien sûr pas une seconde", je suggère de consommer cette notion de "loup solitaire" avec beaucoup de modération.

Pour conclure, notons que le terrorisme islamiste a ciblé la démocratie, l'économie et une autre religion musulmane. Doit-on céder à la pression? La réponse est non, à commencer par l'incitation des touristes à aller en Tunisie. Les tours opérateurs européens et aussi maghrébins devraient œuvrer dans ce sens pour que le tourisme ne meure pas dans les pays qui y ont investi.

La coopération régionale et internationale doivent aussi être reboostées par l'aide aux pays fragiles et vulnérables, et le cadre maghrébin est idoine pour traiter la problématique libyenne, incubateur terroriste majeur dans la région euro-méditerranéenne et nord africaine.

LIRE AUSSI:Attentats en Tunisie, au Koweït, en France... Le terrorisme sans frontières (CARTE INTERACTIVE)

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.
Galerie photo L'État islamique en dix dates Voyez les images