ALGÉRIE
29/03/2019 10h:39 CET | Actualisé 29/03/2019 11h:35 CET

Vendredi acte VI : Le non au 102 en première ligne

Mehdi Alioui pour le HuffPost Algérie

Une foule nombreuse est déjà rassemblée à la Grande-Poste au centre de la capitale. Certains ont voulu passer la nuit sur les marches de cet édifice devenu  le lieu de rassemblement des premiers manifestants des manifestations du vendredi.

Alger s’apprête donc à l’acte VI des manifestations hebdomadaires qui la secouent depuis le 22 février dernier. 

Depuis, la rue a fait barrage au 5e mandat, a fait échec à la prolongation du 4e  et manifeste aujourd’hui pour refuser l’application de l’article 102 de la Constitution qui maintient le statu-quo. Une proposition suggérée cette semaine par le chef d’état-major sans pour autant que les mécanismes de sa mise en route ne soient activés.

Ahmed Gaid Salah, le chef d’état-major avait annoncé, le 26 mars, depuis Ouargla que la solution constitutionnelle à cette crise politique résidait en l’article 102.

Une solution vite rejetée par l’opposition mais approuvée par les anciens partisans du 5e mandat qui ont trouvé que cette issue pouvait satisfaire tout le monde. Le secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia, a même appelé, le chef de l’Etat à démissionner.   

Ce 29 mars est donc le vendredi du rejet populaire d’une solution qui ne lui permet pas de se débarrasser de ceux qui ont “pillé le pays”.

Nous y reviendrons avec plus d’informations....