ALGÉRIE
01/09/2018 13h:54 CET | Actualisé 01/09/2018 13h:58 CET

Université d’été de RAJ : un mémorandum sur les préoccupations des jeunes prochainement publié

Latifa Abada

Après trois jours de conférences et de débats autour de “La jeunesse et la politique de l’emploi” l’université d’été de l’association Rassemblement Action Jeunesse (RAJ) prend fin ce 1 er septembre à Tichy dans la wilaya de Bejaia.

À cette occasion le président de l’association, Abdelouahab Fersaoui, a indiqué qu’un mémorandum capitalisant les recommandations issues des différentes Universités d’été sera publié en octobre prochain.

L’université d’été de RAJ s’est tenue du 30 aux 1 er septembre à Tichy, Bejaia. Depuis 2012, l’association tente chaque été d’ouvrir le débat sur des thématiques lié à la jeunesse algérienne.

Cette septième édition a été marquée par l’élaboration d’un mémorandum qui rassemblera les recommandations émises par les participants aux dernières universités d’été.

“Ce mémorandum ne donne pas la vision de notre association mais il synthétise les recommandations émises par les participants aux dernières Universités d’été que nous avons organisé. Chaque année nous sollicitions des acteurs de la société civils, des syndicalistes, chercheurs, économistes et bien d’autres spécialistes pour participer à nos débats. Cette année nous avons décidé de rassembler toutes ces idées dans un recueil qui va tenter modestement de situer les difficultés et le potentiel de la jeunesse aujourd’hui”, précise Abdelouahab Fersaoui. 

Ce mémorandum sera publié à l’occasion du 30e anniversaire des évènements d’octobre 88. Selon Abdelouahab Fersaoui, il est important de rappeler qu’il y a 30 ans une jeunesse s’est emparée de la rue pour faire valoir ses droits et faire entendre sa voix, et qu’aujourd’hui une autre génération, se préoccupe de son avenir et continue la lutte pour la démocratie d’une autre façon.

Le thème de cette nouvelle édition de l’université d’été autour de l’employabilité des jeunes résulte, selon le président de RAJ, d’un sondage élaboré pendant les élections législatives dans 43 wilayas. L’objectif de ce sondage était de déterminer l’engagement des jeunes dans la vie politique.

“Des jeunes de 34 wilayas ont répondu à plus de 1367 questionnaires dans le cadre de ce sondage. Les résultats ont clairement démontré que la jeunesse algérienne est démissionnaire de la vie politique. Même si celle-ci est très présente dans le discours politique sur le terrain la réalité est tout autre. Nous avons également constaté que la principale préoccupation de la jeunesse est l’emploi, c’est pourquoi nous avons décidé de dédier cette édition à la situation de l’emploi en Algérie et les politiques publiques dans ce sens” ajoute Abdelouahab Fersaoui. 

L’université d’été de RAJ a rassemblé durant ses trois jours des conférence des économistes, chercheurs, représentants de la société civile, et spécialistes des questions liées à l’emploi. Ensemble Ils ont tenté de diagnostiquer la situation de l’embauche en Algérie.

Les intervenants sesont accordé à dire que la politique de l’emploi ne répond pas aux attentes de la jeunesse. Abdelouahab Fersaoui, soulignent que les différents mécanismes qui ont été mis en place ces dernières années pour absorber le chômage, notamment les dispositifs ENSEJ et ANGEM et CNAC ont montré leurs limites. “Pour régler le problème de l’augmentation du chômage il faut une meilleure gestion et une stratégie à long terme. Celle-ci doit se faire en concertation avec les principaux concernés à savoir les jeunes mais aussi les syndicalistes, les employeurs, et les associations”, a-t-il conclu. 

Loading...