MAROC
04/12/2015 07h:46 CET | Actualisé 04/12/2015 07h:50 CET

L'Université de Dakhla s'associe à l'école polytechnique de Floride

DR
L'Université de Dakhla s'associe à l'école polytechnique de Floride

EDUCATION - Les provinces du sud deviendront-elles un hub de l’enseignement supérieur et de la recherche dans le royaume? Près d’un mois après le discours du roi dans lequel il appelait à une mobilisation générale en faveur du développement de ces régions, trois conventions de partenariat, dont deux concernant la région de Dakhla-Oued Eddahab, ont été signées avec des universités et instituts de recherche internationaux lors de la troisième rencontre internationale de Dakhla, qui s’est tenue les 3 et 4 décembre.

LIRE AUSSI: Comment profiter de la formation de grandes écoles de commerce françaises sans bouger du Maroc

Un événement qui a réuni des experts et chercheurs issus de 52 pays autour de la thématique "Les nouveaux territoires économiques, acteurs et facteurs de l’émergence, expériences internationales comparées".

Développer la recherche scientifique dans le domaine des énergies renouvelables, tel est l’objectif du premier partenariat liant l’université de Dakhla-Oued Eddahab à l’Université polytechnique de Floride. Une convention qui pourrait aider le Maroc à concrétiser ses ambitions énergétiques, à savoir porter à 42% la contribution des énergies renouvelables à la production électrique d’ici 2020, objectif récemment porté à 52% à l'horizon 2030. Pour Ghazy Dakazealli, doyen de l’université américaine, cette convention ouvre la voie à une collaboration "sur des projets d’énergie solaire et éolienne".

L’Université ouverte de Dakhla se rapproche, elle, du Centre africain de la nouvelle économie (CANE), basé à Dakar au Sénégal. Cet institut, qui se spécialise dans la nouvelle économie et l’intelligence économique, se présente comme "un centre régional de formation technique, professionnelle et de développement des capacités" qui souhaite faire de l’intelligence économique un levier de développement dans les pays émergents, notamment en Afrique.

La troisième convention a été signée entre l'Université Mohammed V de Rabat et Hawaii-University et porte sur le développement du "community college", un système qui permet d'offrir aux étudiants une formation de deux ans afin de mieux les préparer au monde du travail. "Les étudiants marocains préfèrent encore poursuivre de longues études académiques au lieu de faire des formations professionnelles. Ce partenariat avec Hawaii-University nous permettra de leur offrir des cursus adaptés aux besoins du marché de l'emploi et d'aider les jeunes chômeurs", a souligné le président de l'université Mohammed V de Rabat, Said Amzazi.

Galerie photo Les universités privées marocaines Voyez les images