MAROC
10/12/2018 15h:05 CET | Actualisé 10/12/2018 15h:06 CET

Un sommet de l'Union du Maghreb arabe au Maroc en 2019?

La réunion aura lieu à l'occasion du 30ème anniversaire de sa création.

ABDELHAK SENNA via Getty Images

POLITIQUE - Les relations bilatérales entre les pays membres de l’Union du Maghreb arabe (UMA), à savoir l’Algérie, la Libye, le Maroc, la Mauritanie et la Tunisie, seront-elles bientôt apaisées? 

Lors d’une table ronde baptisée “Capable de construire un grand Maghreb ensemble”, organisée par l’Union syndicale des travailleurs du Maghreb arabe, Taïeb Baccouche, secrétaire général de l’UMA, a annoncé qu’une correspondance a été adressée aux ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’UMA pour les convier à une réunion restreinte à Tunis. Un rendez-vous proposé en préparation du 7ème sommet des chefs d’Etat de l’UMA, prévu au Maroc en 2019, rapporte le média tunisien La Presse.

“Taïeb Baccouche a déclaré que l’Algérie, la Tunisie, la Libye et la Mauritanie ont accepté cette invitation, précisant que chacun de ces pays ont exprimé le souhait d’accueillir le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’UMA”, souligne La Presse.

“Selon Baccouche, le ministre des Affaires étrangères marocain a, de son côté, affirmé la disposition de son pays à accueillir les travaux du 7e sommet de l’Union du Maghreb arabe à l’occasion du 30e anniversaire de sa création”, ajoute le média tunisien. Après 14 ans d’absence, le sommet devrait donc, cette fois, bel et bien avoir lieu.

Les choses bougent après l’appel de Mohammed VI

Au début du mois de novembre, à l’occasion du 43ème anniversaire de La Marche Verte, le roi Mohammed VI appelait l’Algérie à un dialogue constructif, pour “concrétiser l’idéal unitaire maghrébin”. Le souverain proposait également “la création d’un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation” pour améliorer les relations entre les deux pays.

Après plus de quinze jours sans aucune réaction, l’Algérie et son président Abdelaziz Bouteflika ont finalement - en partie - répondu au Maroc lors du 63ème anniversaire de l’indépendance du Maroc et les habituelles félicitations adressées au roi. 

Sans répondre concrètement à la demande de Mohammed VI, le président algérien affirmait vouloir ”œuvrer de concert” avec le Maroc “pour ancrer les relations bilatérales basées sur le respect mutuel, au mieux des aspirations des deux peuples au progrès, au développement et à la prospérité”.

Quelques jours après, l’Algérie saisissait officiellement le secrétaire général de l’Union du Maghreb arabe pour l’organisation “dans les délais les plus rapprochés” d’une réunion du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’Union”, rapportaient nos confères du HuffPost Algérie.