MAROC
27/12/2018 12h:41 CET

Une spectaculaire course-poursuite oppose la police espagnole et un go-fast se rendant au Maroc

Une scène digne d'un "Mission Impossible".

ABC Espagne

CONTREBANDE - C’est une course poursuite impressionnante à laquelle ont assisté les personnes se trouvant à proximité de la plage de Manilva, à Malaga. Lundi, vers 12h30, la police ibérique a pris en chasse les occupants d’un “go-fast” qui se rendait au Maroc, rapporte l’agence de presse EP.

Comme vous pouvez le voir dans cette vidéo ci dessous du média ibérique ABC, le bateau a été poursuivi sur plusieurs kilomètres par un navire de la police et un hélicoptère. 

L’hélicoptère a ensuite atterri sur la plage, en attendant que les occupant du “go-fast” n’y abandonnent le bateau. Ces derniers tentent alors de fuir en jetant des pierres aux policiers, rapporte EP. Trois personnes seront finalement arrêtées sur place par la police. Un quatrième suspect, arrêté à proximité pour un délit administratif, s’avérera plus tard être “chargé de fournir le bateau en haschisch pour faire l’aller-retour”.

Ces go-fast, surnommés en Espagne les “Narcolanchas” (“bateaux de narcos”), sont, comme leur surnom l’indique, souvent utilisés par les trafiquants de drogue pour transporter leur marchandise. 

Des embarcations désormais formellement interdites par les autorités espagnoles. Le 26 octobre, un décret royal “visant à interdire les bateaux pneumatiques semi-rigides à grande vitesse à l’échelle nationale”, a été approuvé par le conseil des ministres ibérique, rapportait récemment EFE.

La décision de l’exécutif est une conséquence directe de l’affaire des bateaux types “fantômes” dans le nord du Maroc, et de la mort de Hayat B, jeune Marocaine tuée par des tirs de la marine royale marocaine lors d’une opération contre un “go-fast” transportant des migrants.

L’agence de presse rapporte en effet qu’un projet de loi était déjà en discussion mais face à l’urgence de la situation, l’exécutif a préféré utiliser une voie plus rapide pour faire adopter le décret plutôt que de passer par un vote du parlement.