23/04/2018 15h:07 CET | Actualisé 23/04/2018 15h:07 CET

Une récolte record comme cadeau pour le 10e anniversaire du Plan Maroc Vert

Moins de terres, mais plus de production.

DR

RÉCOLTE - Bonne nouvelle pour le secteur agricole. Malgré un démarrage difficile, la campagne 2017-2018 a pu être rattrapée grâce notamment aux pluies régulières et abondantes qu’a connues le Maroc jusqu’au mois d’avril. C’est ce que vient d’annoncer aujourd’hui le ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch, lors de la 10e édition des Assises de l’agriculture.

Moins de terres, mais plus de production

Selon le ministre, la production prévisionnelle pourrait bien atteindre 98,2 millions de quintaux. On certes loin des 110 millions de quintaux de la campagne de 2014-2015, mais la récolte de cette année s’annonce d’ores et déjà exceptionnelle et représente une hausse de 3% comparée à la campagne précédente.

Dans le détail, cette récolte est répartie entre les trois principales céréales avec 48,1 millions de quintaux de blé tendre, 22,8 millions de quintaux de blé dur et 27,3 millions de quintaux d’orge. Une production d’autant plus remarquable qu’elle a été réalisée sur une superficie emblavée en baisse de 16% en comparaison avec l’année dernière (4,5 millions d’hectares contre 5,4 millions).

C’est donc l’amélioration du rendement qui a rendu cette performance possible. Selon les chiffres donnés par le département d’Akhannouch, cet indicateur a atteint un record de 21,8 quintaux en moyenne par hectare, soit une hausse de 23% en comparaison avec la campagne précédente.

“Ce résultat exceptionnel démontre les grandes capacités d’intervention développées depuis le lancement du Plan Maroc Vert chez les agriculteurs et la profession agricole”, a souligné le ministère, notant que malgré l’arrivée tardive des pluies, les agriculteurs ont pu faire preuve d’une grande réactivité, ce qui s’est traduit par exemple par le semis d’un million d’hectares en l’espace d’une semaine.

PMV: 105 milliards de dirhams d’investissement en 10 ans 

Tenues à Meknès en marge du Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM), les Assises de l’agriculture commémorent cette année le 10e anniversaire du lancement du Plan Maroc Vert (PMV). Le ministre de l’Agriculture en a profité pour présenter un bilan de ce programme qui a réussi à mobiliser un total de 105 milliards de dirhams d’investissements depuis son lancement en 2008.

Une grosse enveloppe qui a permis au PIB agricole de croître de 7,3% par an en moyenne ces dix dernières années à l’heure où le PIB global progressait d’à peine 3,2% durant la même période. Côté emploi, plus de 250.000 postes additionnels ont été créés, ce qui a contribué à la stabilisation de la population rurale à 12,4 millions d’habitants.

Concernant les ressources hydriques, la superficie couverte par l’irrigation localisée devra atteindre 590.000 hectares d’ici la fin de l’année. Des transformations des systèmes dont les retombées se font déjà sentir avec une nette amélioration de la productivité des terres irriguées, une augmentation des revenus des exploitations agricoles ainsi que des économies d’eau réalisées, qui avoisinent 1,6 milliard de mètres cubes chaque année.

Rappelons en ce sens que le ministère porte un programme d’extension de l’irrigation sur 160.000 hectares de terres dominées par les barrages existants ou en cours de construction, pour un coût qui s’élève à près 21,5 milliards de dirhams.