TUNISIE
03/08/2018 23h:00 CET | Actualisé 03/08/2018 23h:10 CET

Une prière de rue à l'Avenue Habib Bourguiba en représailles au rapport de la COLIBE

Quelques dizaines de personnes se sont rassemblée à l’avenue, effectuant une prière de rue à l’appel de la prière d’El Asr après avoir manifesté contre le rapport de la COLIBE.

Une prière de rue a eu lieu vendredi à l’avenue Habib Bourguiba suite à l’appel à manifestation contre le rapport de la COLIBE par l’ancien candidat à l’élection présidentielle Hechmi Hamdi, et ce sans compter les appels à la haine à l’encontre des membres de la COLIBE, particulièrement Bochra Bel Haj Hmida.

À l’appel du fondateur du parti Tayar El Mahaba, quelques dizaines de personnes se sont rassemblée à l’avenue, effectuant une prière collective à l’appel de la prière d’El Asr après avoir manifesté contre le rapport de la COLIBE.

 

La scène surréaliste a choqué sur les réseaux sociaux. Beaucoup d’internautes ont fait le lien entre cette prière de rue et l’élection de la nouvelle maire de Tunis Souad Aberrahim, élue du parti Ennahdha. D’autres y voient un recommencement de l’histoire, de telles scènes ayant été vécues en 2011 et 2012; et évoquent une islamisation rampante.

“Après avoir remporté la municipalité de Tunis, l’Avenue Habib Bourguiba a été occupée par le ‘takbir’ et le discours de haine et fermée aux piétons pour la prière...devant la stupeur des touristes et des citoyens”.

“Remake de 2011 et 2012 et que dieu nous préserve du remake le plus dangereux de 2013”.

 

Au mois de mai 2011, plusieurs islamistes avaient occupé l’avenue Habib Bourguiba et y avaient effectué une prière collective, amenant le ministère de l’Intérieur à interdire, depuis, ce genre de pratiques.

Dans une interview accordée jeudi à Shems FM, Hechmi Hamdi a eu des propos violents à l’encontre de la députée Bochra Bel Haj Hmida et du président de la République Béji Caid Essebsi.

“Le peuple tunisien est face à deux options: le Coran ou Bochra Bel Haj Hmida et Béji Caïd Essebsi” avait-il affirmé en qualifiant le rapport de “honteux” et “déshonorant”. “Le peuple doit absolument protester et remettre Bochra Bel Haj Hmida et Béji Caïd Essebsi à leur place” avait-il appelé.

Remis au président de la République le 8 juin, le rapport de la Colibe propose une panoplie de mesures visant à concrétiser les libertés individuelles et l’égalité consacrées dans la Constitution tunisienne. Les propositions englobent plusieurs aspects: l’homosexualité, l’égalité dans l’héritage, les inégalités hommes-femmes au sein de la famille, etc. 

Depuis sa publication, le rapport de la Colibe soulève le débat. Ainsi, si pour certain, ce rapport semble aller trop loin en terme de droits et libertés individuelles en s’attaquant aux principes fondamentales de l’Islam. D’autres estiment que la Tunisie a osé toucher à des tabous et réussi à prendre des décisions révolutionnaires, en phase avec la modernité tout en respectant le texte sacré.  

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.