TUNISIE
13/06/2019 14h:51 CET

Une première en Tunisie! Une femme arbitre sera au sifflet pour un match de la ligue 1

Pour la première fois de l'histoire du football tunisien

Pour la première fois en Tunisie, une femme va diriger un match de Ligue 1. Dorsaf Ganoiati sera au sifflet pour le match, samedi 15 juin 2019, entre l’Espérance Sportive de Tunis et le Club Athlétique Bizertin, entrant dans le cadre de la 26ème et dernière journée du championnat.

FTF/Capture d'écran

Il y a deux ans, Dorsaf Ganoiati a été la première femme à arbitrer un match de la Ligue 2. Elle a été à la tête d’un staff 100% féminin pour pour diriger une rencontre entre le Stade Tunisien et l’Association de Djerba. 

Dans une interview accordée au HuffPost Tunisie, Dorsaf Ganoiti est revenue sur ses débuts dans le métier

“Je suis à la base professeure d’éducation physique. L’arbitrage, c’est ma passion” a lancé Dorsaf avec une voix ferme et confiante. “En 2011, j’ai choisi de m’enfouir dans les terrains afin de découvrir ce “métier”. C’était juste par simple curiosité” a-t-elle raconté.

“Et peu à peu, je me sentais plus motivée“ a-t-elle révélé. Ce choix est, selon elle, comme un défi, un challenge à travers lequel elle a voulu montrer le pouvoir des femmes. Elle a affirmé que le fait de choisir une profession qui se pratique dans un milieu d’hommes relève d’une force et une résistance de la part de ces dernières qui doivent prouver à chaque instant leur existence dans un environnement “masculin”. “C’était par pique, que j’ai décidé de poursuivre l’aventure” a-t-elle dit.

Elle a expliqué que cette faculté de résistance nécessite une certaine force et une volonté plus importante que pour un choix plus “conventionnel”. “Je dois doubler d’effort” a-t-elle soutenu.

Etant la première femme à avoir sifflé un match Senior régional en Tunisie, Dorsaf se dit fière de cet exploit. Elle a avoué, tout de même, qu’il est difficile pour une femme de s’imposer dans un secteur dominé par les hommes. “Au début, il était compliqué de me faire écouter des équipes” a-t-elle précisé.

S’agissant des obstacles rencontrés, la jeune arbitre internationale a noté que l’image de la femme dans ce milieu n’est pas encore appréciée. Certains considèrent que “la femme n’est pas suffisamment émancipée, et ne peut pas égaler l’homme” a-t-elle imploré. 

Toutefois, les mentalités commencent à changer et les femmes deviennent de plus en plus présentes dans ce secteur, a-t-elle fait savoir.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.