MAROC
07/02/2019 17h:38 CET

Une pétition lancée contre l'exigence du "mahram" pour les Marocaines qui veulent aller en Jordanie

Contre la "discrimination de la Jordanie à l'encontre des Marocaines".

Westend61 via Getty Images

JORDANIE - Après le coup de gueule d’une Marocaine lancé sur Facebook il y a quelques semaines suite à un refus de visa pour la Jordanie car elle n’avait pas de “mahram”, l’action en ligne continue et une pétition a été lancée par l’Union féministe libre. 

Cette pétition contre la “discrimination de la Jordanie à l’encontre des Marocaines” mise en ligne, il y a une presque une semaine, recueille quelque 750 signatures et appelle à une évolution de la situation des Marocaines qui ne peuvent pas se rendre dans certains pays arabes sans un père, mari ou frère. Une règle qui avait poussé Mounia Semlali, responsable du programme justice des genres de l’ONG Oxfam au Maroc, à lancer un coup de gueule sur les réseaux sociaux suite à une visite désagréable à l’ambassade de Jordanie.

Alors qu’elle devait se rendre dans ce pays pour participer à une formation organisée par son employeur, on lui indique que son visa est refusé, et qu’il “faut une autorisation du ministère de l’Intérieur jordanien”. Étonnée, Mounia, 28 ans, demande la raison de ce refus et se retrouve face à un employé d’ambassade qui exige, à défaut de cette autorisation, un “mahram”, c’est-à-dire qu’un membre masculin de sa famille l’accompagne dans son voyage. Une demande qui scandalise Mounia. Cette dernière poste alors un coup de gueule sur Facebook pour protester contre cette demande. Elle y dénonce notamment “la discrimination envers les femmes de (s)on pays”:

Depuis, elle est soutenue par de multiples associations et personnalités marocaines qui protestent aussi contre cette décision, peut-on lire sur la pétition. “Cette discrimination touche la dignité de toute la population marocaine qui s’est battue pour améliorer sa situation durant plusieurs décennies”.

Cette histoire relayée par les médias avait poussé l’ambassadeur de Jordanie au Maroc à répondre à la polémique. Hazim Al Khateb Attamimi avait déclaré que son pays n’empêche pas “les citoyennes marocaines d’entrer sur son territoire, à condition de se soumettre aux mesures réglementaires visant à préciser le lieu de travail ou à indiquer le motif de la visite”, relevant que “nos frères marocains sont les bienvenus, comme cela a toujours été le cas, dans leur second pays la Jordanie”.

Depuis quelques années, des Marocaines dénoncent les difficultés qu’elles rencontrent pour se rendre dans des pays du Moyen-Orient et du Golfe. Parmi elles, la directrice exécutive de l’Union féministe libre, Nidal Azhary, qui boycotte la Jordanie à cause de ces exigences, nous confiait il y a quelques semaines Mounia Semlali, assurant que les associations féministes continueraient le combat.