MAROC
13/10/2019 15h:29 CET | Actualisé 13/10/2019 15h:29 CET

Une lycéenne marocaine en phase finale du concours "Défi de la lecture arabe" à Dubaï

Remportera-t-elle la finale, un an après la victoire de la jeune marocaine Meriem Amjoune?

SAAÏD AMZAZI/TWITTER
Fatima-Zahra Akhiar et le ministre de l'Education, Saaïd Amzazi.

COMPÉTITION - Le Maroc se distingue à nouveau au concours international “Défi de la lecture arabe”, un an après la victoire de la jeune Meriem Amjoune. Parmi les huit élèves du monde arabe qualifiés pour les phases finales de l’émission, organisée par la Fondation Mohammed Ben Rashid Al Maktoum Global Initiatives, figure la jeune marocaine Fatima-Zahra Akhiar.

Les huit concurrents prendront part au quatrième épisode de l’émission, prévu vendredi prochain, indique la Fondation. De nouveaux défis vont agrémenter cette nouvelle étape de l’émission au terme de laquelle quatre candidats seront éliminés de la course au titre de cette année. Les quatre qualifiés rejoindront huit autres pour disputer la prochaine étape des qualifications, poursuit la même source.

Élève au lycée qualifiant “Qadi Ayyad”, la Marocaine Fatima- Zahra Akhiar, 15 ans, est inscrite au tronc commun sciences (option langue française) du baccalauréat international (académie de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima). Elle représente le Maroc à la quatrième édition du “Défi de la lecture arabe”, après avoir remporté le concours national de lecture. Encouragée par le ministre de l’Education, Saaïd Amzazi, elle avait été récompensée lors d’une cérémonie le 6 avril dernier à Casablanca. 

Outre l’élève marocaine, se sont qualifiés à ce tour la Tunisienne Ayet Noureddine, la Saoudienne Joumana El Malki et le Palestinien Omar El Maayta.

L’année dernière, la petite Meryem Amjoune avait ému la toile et était sortie de l’anonymat en décrochant la finale du concours “Arab Reading Challenge” (“Défi de la lecture arabe”) à Dubaï, aux Émirats Arabes Unis. L’émission avait enregistré une participation record avec plus de 13,5 millions d’élèves représentant 49 pays et plus de 62.000 écoles.

Lancé en 2015, le concours vise à instaurer une culture de la lecture chez la nouvelle génération arabe et à souligner l’importance de la connaissance pour façonner l’avenir de chaque candidat, mais aussi celui de leurs communautés et de leurs pays.