MAROC
11/03/2019 14h:47 CET

Une journaliste britannique conseille aux femmes de voyager au Maroc, Twitter s'enflamme

“Si nous évitions tous les pays où les femmes sont victimes de violences sexuelles et physiques, nous aurions du mal à trouver un endroit à visiter dans le monde”.

Oscar Wong via Getty Images

POLÉMIQUE - En incluant le Maroc dans une liste de dix pays à visiter en 2019 pour les voyageuses en solo, Helen Coffey ne s’attendait sûrement pas à provoquer une véritable tempête sur Twitter.

À l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, célébrée le 8 mars, cette journaliste du quotidien britannique The Independent pensait bien faire en proposant 10 itinéraires touristiques pour les femmes voyageant seules - le voyage en solo étant un phénomène en plein boom ces dernières années, touchant aussi bien les touristes britanniques que Marocains, et dans lequel se lancent de plus en plus de femmes.

“Helen, es-tu mentalement retardée? N’as-tu pas entendu parler de la vidéo?”,  “Vous poussez sciemment les femmes occidentales vers un possible massacre”, “Quel temps fait-il au Maroc à cette époque de l’année, Helen? Assez chaud pour un peu de viol et la décapitation de deux jeunes femmes qui voyagent seules?”, sont quelques-uns des nombreux commentaires reçus par la journaliste, les internautes faisant notamment référence au meurtre de deux touristes scandinaves par des terroristes marocains à Imlil en décembre dernier.

Dans une tribune publiée dimanche 10 mars dans les colonnes du quotidien britannique, la journaliste a tenu à s’expliquer sur la publication de cet article et pourquoi elle maintient ses propos. “J’ai provoqué une tempête sur Twitter en suggérant aux femmes de voyager au Maroc - voici pourquoi je maintiens ma déclaration”, écrit-elle, s’expliquant également sur le réseau social.

“J’ai été légèrement trollée pour avoir inclus un voyage au Maroc dans une liste de vacances pour femmes en solo, sans doute parce que cela intervient après la mort tragique de deux femmes touristes là-bas l’année dernière. Voici pourquoi je maintiens cette inclusion”

“Si nous évitions tous les pays où les femmes sont victimes de violences sexuelles et physiques, nous aurions du mal à trouver un endroit à visiter dans le monde”, explique la journaliste, regrettant que son article ait suscité une avalanche d’insultes à son encontre.

Rappelant qu’elle évoquait, pour le Maroc, la possibilité pour les femmes de faire une randonnée dans le Haut-Atlas en groupe avec une agence de voyage spécialisée dans les trips entre voyageuses, Helen Coffey estime que la colère déversée par les internautes la visait davantage elle, en tant que femme qui “encourage d’autres femmes à voyager sans la protection (et la permission) des hommes.”

“Peu importait que je souligne que le voyage était en groupe, avec un itinéraire entièrement organisé et dirigé par des guides expérimentés; peu importait que le Bureau des Affaires étrangères ne déconseille de voyager dans aucune partie du Maroc (...). Ce qui importait était leur indignation justifiée. Deux femmes avaient été tuées par des ‘fous religieux’ et, par conséquent, tout un pays serait désormais interdit à moins que le voyage soit totalement approuvé par les hommes”, ironise-t-elle.

Pour la journaliste, cette polémique a également pris une dimension politique, beaucoup de commentaires haineux provenant de comptes d’internautes d’extrême-droite ou de partisans du “Make America Great Again”, le slogan de Donald Trump. “L’ironie était que ces hommes, tellement en colère contre les terroristes qui utilisent la peur et la violence pour soumettre les femmes, (...) utilisent la peur comme un outil pour nous contrôler, et la menace de violences potentielles pour nous empêcher d’exercer notre autonomie”, déplore-t-elle.

Certaines internautes ont cependant défendu la journaliste, relatant leurs expériences de voyages en solo au Maroc. “Le Maroc, comme la plupart des pays, est totalement sûr tant que vous faites preuve de bon sens”, écrit Caroline O’Grady. “J’y ai été seule et je le referai. C’est l’un des rares endroits où je reviens sans cesse parce que je l’aime énormément”.

“J’ai passé trois mois là-bas et je n’avais aucun problème lorsque je voyageais seule”, a ajouté Yolanda Evans, rédactrice spécialisée dans l’alimentation et les voyages. “Vous devez simplement faire preuve de prudence, comme dans n’importe quel autre pays, et utiliser votre bon sens. J’y retourne cet été.”

Rappelant que des voyageuses seules ont déjà été victimes d’attaques ou agressions partout dans le monde, notamment une Britannique dont le corps a été retrouvé à Auckland en Nouvelle-Zélande en décembre, ou une étudiante israélienne de 21 ans qui a été agressée et tuée alors qu’elle rentrait chez elle à Melbourne, la journaliste conclut que “malgré tous les progrès que nous avons accomplis, voyager en tant que femme peut toujours être un acte intrinsèquement subversif; particulièrement en solo, que ce soit en tant que membre d’un groupe de célibataires, ou vraiment seule”.