LES BLOGS
13/09/2019 11h:16 CET | Actualisé 13/09/2019 11h:16 CET

Une fausse bonne idée du "panel", ou lorsque le bon sens démocratique fait défaut

RYAD KRAMDI via Getty Images
Members of the body to lead the crisis dialogue in Algeria meet for the first time with activists of the "Hirak", the unprecedented protest movement launched in February, in Algiers on August 08, 2019. (Photo by RYAD KRAMDI / AFP) (Photo credit should read RYAD KRAMDI/AFP/Getty Images)

1.    Une des fausses bonnes idées du «panel du dialogue et de la médiation» est l’obligation faite au candidat aux présidentielles de posséder un diplôme universitaire. 

2.    Cette «suggestion» est destinée à quoi et s’appliquerait à qui ?

3.    Ses auteurs ne réalisent peut-être pas qu’en préconisant une telle mesure, ils portent atteinte au principe démocratique de l’égalité des citoyens devant la loi et la Constitution.

4.    En effet, au nom de quoi devrait-on priver de candidature aux élections, présidentielles, mais, selon la même logique, législatives ou locales (à moins de considérer que différents représentants du peuple sont tenus à des critères différents) un citoyen qui, sans être titulaire d’un diplôme universitaire, peut posséder les qualités essentielles attendues, et qui devraient être exigées, d’un président, d’un député ou d’un maire, à savoir, l’intégrité et la compétence ?

5.    Pourquoi priver le peuple algérien du service, par exemple, d’un militant politique, d’un syndicaliste, d’un intellectuel, d’un professionnel, qui posséderait ces qualités essentielles et aurait démontré dans sa carrière et dans sa vie qu’il les possédait effectivement, sous prétexte qu’il ne serait pas titulaire d’un diplôme universitaire ?

6.    A contrario, que garantit, de ce point de vue, et sans même discuter la valeur d’un tel diplôme, sa possession. Rien. Absolument rien. En effet, nous savons tous d’expérience que l’on peut être «universitaire» et corrompu et incompétent.

7.    Il faut espérer que le bons sens et la décence démocratiques prévaudront et que cette suggestion sera traitée pour ce qu’elle est, c’est-à-dire une autre tentative de se donner un peu de crédibilité par un «panel» qui, par nature, ne peut en avoir aucune.