MAROC
07/01/2019 17h:25 CET

Belgique: Soutenant un rappeur condamné pour proxénétisme, ce rappeur d'origine marocaine crée la polémique

Son dernier titre, "Amigo", ne passe pas auprès des défenseurs des droits des femmes.

Instagram/Soufiane Eddyani

MUSIQUE - Depuis quelques jours, la polémique gronde en Belgique autour du rappeur d’origine marocaine Soufiane Eddyani. Ce dernier, très populaire auprès des jeunes, a révélé le 4 janvier dernier le clip de son dernier titre en flamand “Amigo”, dédié à son ami et rappeur lui aussi d’origine marocaine, Bilal Azzouzi, alias Moreno, actuellement en prison.

Dans ce titre, le rappeur évoque l’arrestation et condamnation de son ami. Il y défend également ce dernier en affirmant qu’il a dû sombrer dans la délinquance car “il vivait dans la pauvreté” et “n’avait pas le choix”, rapporte la chaîne flamande VRT.

Une défense qui ne passe pour certains politiques belges. En effet, Moreno est actuellement en prison pour proxénétisme. Selon les médias belges, ce dernier aurait forcé une mineure de 15 ans à se prostituer. Il a été condamné à six ans de prison en 2016, souligne le média hollandais bndestem.

Classe politique en colère

La chanson a particulièrement scandalisé la député et ancienne ministre belge Zuhal Demir, qui a exprimé sur les réseaux sociaux sa colère face à ce titre qui, selon elle, “relativise le viol d’enfant”. Toujours sur les réseaux sociaux, le ministre belge de l’Agenda numérique, Philippe De Backer, a lui appelé à une condamnation générale de ce titre.

Dans un message publié sur son compte Instagram, depuis mis en privé, Soufiane Eddyani s’explique sur les paroles de la chanson affirmant qu’il ne défendait pas les actions de son ami mais qu’il croit “aux secondes chances”:  “je suis convaincu que tout le monde a droit à une seconde chance et c’est dans cette optique que je veux soutenir Moreno lors de son retour dans la société”, affirme le rappeur cité par VRT.