MAROC
24/07/2019 15h:40 CET

Un photographe de Victoria's Secret accusé d'agressions sexuelles

Timur Emek est la cible d'accusations de harcèlement, d'agressions et même de viol de la part de femmes qu'il a photographiées. Certaines étaient mineures.

HARCÈLEMENT - Le compte Instagram Diet Prada est en train de faire trembler le monde de la mode. Suivi par 1,4 million de personnes, le compte accuse le photographe Timur Emek de harcèlement sexuel en relayant en story les messages de plusieurs femmes. 

La plupart des témoignages racontent que le photographe demandait des faveurs sexuelles ou de faire des photos dénudées. Le récit qui a mis le feu aux poudres est celui de Haley Bowman, une designeuse:

“Il a pris trois photos de moi avant de m’enlever mon t-shirt. Je l’ai nerveusement réenfilé. Il m’a ensuite enlevé l’autre manche et *click click click* a pris une rafale de photos pendant que j’étais comme ça. Je pensais à un moyen de m’en sortir, j’ai commencé à gigoter. Tout d’un coup, il a pris ma main et l’a mise sur son sexe - il était en pleine érection. ‘Regarde ce que tu me fais’, a-t-il dit. ‘Que vas-tu en faire?’ je l’ai repoussé et il a complètement enlevé son pantalon. Il a repris ma main pour la mettre sur son sexe, je l’ai repoussé en disant que j’avais un petit copain. Il m’a repris encore. J’ai eu l’impression que ça durait une éternité.”

Un photographe de Victoria's Secret accusé d'agressions
HALEY BOWMAN VIA DIET PRADA

Des filles de 16, 17 ans concernées...

La parole ainsi libérée, des dizaines de femmes et de (très) jeunes femmes ont déboulé dans les messages privés de Diet Prada et Haley Bowman pour faire part de leur expérience avec Timur Emek.

Certaines disent qu’elles n’avaient pas plus de 16 ans au moment des faits. Une d’entre elles assure même avoir été violée par le photographe alors qu’elle avait 17 ans. 

 
Un photographe de Victoria's Secret accusé d'agressions
DIET PRADA

“Il m’a violée lorsque j’avais 17 ans! Il me prenait en photo et il m’a violée. J’emmerde cette pourriture! Merci d’en parler. Merci de faire quelque chose que j’étais terrifiée de faire. Merci.” 

Diet Prada a également posté une publication permanente où il est expliqué que Timur Emek faisait du chantage à ses modèles. ”Je ne fais que des séances payées. Si je ne suis pas payé, alors on la fait selon mes règles” a-t-il dit.

Voir cette publication sur Instagram

@Timur Emek, you may as well delete your account now lol. The New York-based Turkish photographer who has shot for @victoriassecret , is the latest to join the ranks of sleazy, clout-abusing celeb/supermodel male photographers who feel entitled to women's bodies. Along with the forced crotch-grabbing account from @byhaleybowman , Emek also offered "help" in the industry to @lizamarieju in exchange for "some fun". His response when asked to clarify? "I am a man... think about it :-)". 🤢🤢🤢. The photographer also went as far as lying to Turkish model @deniiztekiin in June 2017, telling her that her agency at the time had already approved a topless shoot, which of course didn't actually happen as he had already been on their agency blacklist of photographers. It's a relief to know that there are agencies out there that refuse to be complicit and hopefully more will step it up, but for every model with an agency, there are dozens of girls who are navigating independent modeling work on their own. The stories on the rest of the slides are unfortunately all too familiar. #TimesUp for these shitty men. • #model #instagrammodel #timuremek #photographer #model #supermodel #celebrity #predator #creep #victoriassecret #runway #vsfashionshow #modelingagency #alessandraambrosio #candaceswanepoel #vsangel #romeestrijd #clout #lame #womensrights #power #liar #dietprada

Une publication partagée par Diet Prada ™ (@diet_prada) le

Cette polémique arrive alors que parallèlement, toujours via le compte Instagram Diet Prada, Marcus Hyde, un photographe de Kim Kardashian et Ariana Grande, est accusé d’agression sexuelle et d’avoir réclamé à des mannequins des photos d’elles nues.

Cet article a initialement été publié sur le HuffPost France