LES BLOGS
14/08/2019 10h:10 CET | Actualisé 14/08/2019 10h:10 CET

Un peuple révolutionnaire, c'est autre chose qu'une population unanime

Ramzi Boudina / Reuters

1.    Lorsqu’on parle aujourd’hui de «peuple algérien» comme entité politique révolutionnaire, ce n’est pas sous l’effet d’une quelconque exaltation lyrique, ou par délire patriotique, ou par besoin forcené d’espérance, ou encore par naïveté.

2.    Le peuple qui marche sa révolution, en masse, pacifique et déterminé, n’est pas la somme statistique des 43 millions d’Algériens. Le peuple révolutionnaire est, spécifiquement, celui qui, depuis bientôt 6 mois, manifeste régulièrement sa volonté d’abattre le régime de la corruption, de l’échec et de la soumission. 

3.    Il est évident que la population algérienne n’est pas unanime sur le sujet de la révolution. Si la majorité semble acquise à l’idée révolutionnaire d’instaurer l’État de droit et des institutions démocratiques dans le pays, il existe une minorité significative d’Algériens qui, par peur, par ignorance, par choix politique ou par intérêt, sont partisans du statu quo, et donc du régime actuel, quelle que soit sa façade.

4.    Comme il est également évident que les 9 millions d’Algériens de 1954 n’étaient pas unanimes sur l’objectif de l’indépendance nationale ou sur le moyen d’y parvenir éventuellement. 

5.    Le FLN s’est constitué comme noyau minoritaire du projet révolutionnaire de libération nationale de l’ensemble du peuple algérien. C’est à l’issue de 7 ans et demi d’une lutte acharnée que cet objectif a été réalisé et sanctionné par le vote de la quasi-totalité du peuple algérien en faveur de l’indépendance nationale.

6.    Aujourd’hui, dans des conditions différentes certes, le même principe révolutionnaire est à l’œuvre. La volonté populaire est incarnée par une partie du peuple et non par sa totalité.

7.    Mais ce qui prête raisonnablement à l’optimisme, c’est qu’au départ de la révolution de février, se trouve déjà, auto-organisée, auto-disciplinée, lucide, sereine et puissante, la majorité du peuple algérien.