LES BLOGS
18/02/2016 10h:31 CET | Actualisé 18/02/2017 06h:12 CET

Un nouveau parti pour en finir avec les trahisons?

Or voilà que sur les cendres du parti ainsi réduit à sa plus simple expression en raison de cette trahison, va naître un nouveau parti dirigé par Mohsen Marzouk, et qui lui aussi, se positionne sur un combat contre les islamistes.

facebook/machrou3na

Tous les Tunisiens ont encore en mémoire l'élan populaire qui les a portés vers Nidaa Tounes qu'ils ont porté aux nues. Tous ont en mémoire la campagne dite "du vote utile" qui s'est développée sur les réseaux sociaux pour soutenir un parti qui s'était présenté à eux comme un rempart contre l'islamisme. Et tous ont malheureusement à l'esprit le sentiment de trahison qu'ils ont ressenti lorsque, reniant ses promesses, Nidaa a fait alliance avec les islamistes partageant le pouvoir avec eux s'ils ne le leur abandonnait pas!

Cette attitude que certains ont vainement tenté d'expliquer a été, je l'ai écrit en son temps, un très mauvais coup porté à la démocratie naissante car comment demander à des électeurs de voter et de croire en la parole politique après une telle trahison?

Or voilà que sur les cendres du parti ainsi réduit à sa plus simple expression en raison de cette trahison, va naître un nouveau parti dirigé par Mohsen Marzouk, et qui lui aussi, se positionne sur un combat contre les islamistes.

Mais ce parti va avoir grand mal à obtenir l'adhésion de ceux qui ont été trompés et qui ne voudront pas se laisser berner une nouvelle fois.

Je considère qu'il n'y a qu'une solution pour éviter une nouvelle trahison des électeurs; et cette solution sera exigée avec force par les Tunisiens. Ils ne vont plus se contenter des discours généraux contre l'islamisme politique. De tels discours, ils en ont déjà entendus et ils ont vu ce que cela a donné. Échaudés par Mustapha Ben Jaafar, par Moncef Marzouki et par Béji Caïd Essebsi, qui tous trois ont juré tous leurs dieux qu'ils ne s'allieraient jamais avec les islamistes; ils ne se contenteront plus d'une vague promesse que Mohsen Marzouk lui non plus ne s'alliera pas aux Frères musulmans !

Or, pour le moment, Mohsen Marzouk se tient à des généralités et il reste même dans une ambiguïté suspecte. N'a-t-il pas dit qu'il s'opposerait aux islamistes sur le plan local mais que s'il le fallait, il gouvernerait avec eux sur le plan national?

C'est à n'y rien comprendre car c'est plutôt sur le plan de la politique nationale que le danger islamiste existe; alors qu'à l'extrême, il serait moins grand sur le plan local.

L'ambiguïté de cette position doit être clairement levée car sans cela, quelle différence réelle aura son nouveau parti avec Nidaa Tounes?

Voici les conditions qui semblent absolument nécessaires pour que l'on puisse encore s'engager envers ce nouveau parti; et ces conditions doivent être clairement actées dans les statuts ou dans un programme liant le parti et l'engageant envers ses électeurs:

Pour lever toute ambiguïté sur le comportement avec les islamistes ce parti doit dire que l'un des buts qu'il poursuivra sera l'interdiction des partis fondés sur la religion. Les Tunisiens sont tous musulmans et la religion est dans leur cœur et dans leur pratique mais elle ne doit pas servir de base à un combat politique qui ne peut avoir qu'une seule conséquence: le tri entre les "bons" et les "mauvais" musulmans, avec ce que cela a d'arbitraire et qui est source de divisions inutiles pour les Tunisiens et paralysantes pour la Tunisie.

En attendant de parvenir à cet objectif, le parti affirmera clairement qu'il s'interdit toute alliance de pouvoir avec les islamistes.

Il dira clairement qu'il continuera à mettre de l'ordre dans toutes les mosquées du pays qui sont des lieux de prière et pas de réunions politiques.

Il indiquera qu'il mettra un terme à la prolifération de crèches, de jardins d'enfants à connotation religieuse qui ne sont en réalité que des pépinières islamistes pour endoctrinement et recrutement de futurs terroristes, pseudo jihadistes.

Il dira qu'il mettra en place et procédera au contrôle de manière stricte de toutes les associations dites de "bienfaisances" pour leur interdire tous financements étrangers et tout prosélytisme en matière religieuse.

Enfin il se donnera pour but de modifier la Constitution pour revenir sur le modèle choisi par les islamistes et qui rend le pays ingouvernable.

Bien sûr à côté de ces positions, il faudra également que ce parti présente au peuple un programme économique et social mais il y a un préalable: C'est de mettre un terme à la crise née des ambiguïtés actuelles.

Aucun programme de progrès ne pourra voir le jour et être mené à bien tant que la Tunisie n'aura pas un pouvoir clair et bien établi qui ne tire pas à hue et à dia. Sans méconnaître les faiblesses du pouvoir marocain, force est de constater qu'avec un pouvoir stable et ferme il se développe économiquement de manière qui peut faire envie à la Tunisie.

Faute d'une position claire, ce parti n'obtiendra pas, au moins en nombre, l'adhésion de tous ceux qui ont déserté Nidaa Tounes pour avoir été trahis par ce parti et par son fondateur.

Retrouvez cette contribution sur le Blog de l'auteur

Galerie photo Les nouveaux visages de la politique en Tunisie Voyez les images
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.