TUNISIE
27/07/2018 16h:05 CET

Un nourrisson s’est vu refuser l’accès à un avion de Tunisair pour une raison surprenante

La raison invoquée par la compagnie est plus qu'étonnante.

LIVINUS via Getty Images

Après les retards interminables, les vols de bagages récurrents et les tarifs exorbitants, un nouvel incident, relayé par la presse française vient ternir un peu plus l’image de la compagnie nationale Tunisair.

Selon le journal Nice-Matin, un nourrisson s’est vu refuser l’accès à un vol Tunisair vers Monastir, ce mercredi après-midi. Et la raison invoquée par la compagnie est plus que étonnante: “déjà dix bébés ont pu embarquer à bord” rapporte le journal. 

C’est un argument plutôt maladroit qui a suscité l’indignation des parents. “On nous a finalement séparé”, raconte le père dans un tweet. “Moi seul direction Monastir, et mon petit avec sa maman direction Tunis”, poursuit-il, et ce sans compter les désagrément de près de trois heures, et près de 200 euros de modification du billet. 

Cet incident a vite provoqué un raz-de-marée de commentaires. Entre les réactions d’indignation et celles de soutien, l’argument de Tunisair a été battu en brèche. 

D’après Nice Matin, “aucun texte connu ne limitant le nombre de nourrissons à bord d’un avion, il pourrait s’agir d’un règlement interne. Contactée, la compagnie n’a pas réagi pour l’instant”.

Certains ont évoqué “la possibilité d’un surbooking de la part de la compagnie. Cette pratique délibérée consiste à vendre plus de billets que de places disponibles dans l’avion” explique la source. 

“Un incident fâcheux de plus pour Tunisair, qui n’a pourtant étonné personne”,souligne le journal en ajoutant que “la compagnie est en effet régulièrement pointée du doigt pour une flotte vieillissante, des pratiques commerciales douteuses et des prix exorbitants”. 

Ainsi, l’image de la compagnie aérienne tunisienne s’est terni davantage avec cet argument jugé déplacé. 

Pour Nice Matin, cette situation désastreuse de Tunisair revient au fait qu’elle s’accroche à son juteux monopole. “Avec des vols directs vers et au départ de Tunis, Djerba ou Sfax, elle ne souffre aujourd’hui d’aucune concurrence ou presque à l’aéroport Nice-Côte d’Azur” conclut-il.  

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.