ALGÉRIE
11/12/2018 14h:29 CET

Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jour de son centenaire

Georges DeKeerle via Getty Images

Un monument à Alexandre Soljenitsyne a été inauguré mardi à Moscou dans le cadre des évènements visant à marquer les 100 ans de la naissance du célèbre écrivain et dissident soviétique, Prix Nobel de littérature.

Installé dans la rue qui porte son nom, en plein centre de Moscou, le monument en bronze sur un piédestal en granit représente l’auteur de l’“Archipel du Goulag” regardant droit devant lui, en chemise hors du pantalon.

Il est simplement accompagné des lettres dorées “Alexandre Soljenitsyne”, sans faire mention de son rôle de dissident, “parce que le monde entier connaît Soljenitsyne et aucune explication n’est nécessaire”, a affirmé à l’agence officielle TASS le sculpteur Andreï Kovaltchouk, auteur du monument.

Présent à la cérémonie d’inauguration, aux côtés de la veuve de l’écrivain Natalia Soljenitsyne, le président russe Vladimir Poutine a fait l’éloge de la “sagesse” de l’écrivain et de son “amour sans frontières” pour sa patrie.

“Même en exil, Soljenitsyne ne permettait à personne de parler de la Russie de manière dédaigneuse, méchante, et il résistait à toute forme de russophobie”, a déclaré M. Poutine.

AFP

“Il distinguait clairement la vraie Russie, celle du peuple, et les particularités d’un système totalitaire qui a apporté des souffrances et des épreuves difficiles pour des millions de personnes”, a estimé le président russe.

“Mais le plus important est que la voix d’Alexandre Issaïevitch continue de se faire entendre, que ses pensées, ses idées, trouvent de l’écho dans les esprits et les coeurs des gens”, a-t-il souligné.

Pour marquer le centenaire de la naissance de Soljenitsyne, le 11 décembre, plusieurs théâtres russes montent des productions basées sur ses oeuvres et la mairie de Moscou a lancé une application proposant une “visite guidée” de la capitale sur les traces de l’écrivain.

Pour sa part, Ignat Soljenitsyne, le fils de l’écrivain, a dirigé à cette occasion au célèbre théâtre moscovite du Bolchoï un opéra basé sur le roman de son père “Une journée d’Ivan Denissovitch”.

Expulsé d’URSS en 1974 pour avoir exposé au monde les horreurs des camps de travail, Soljenitsyne est revenu triomphalement en Russie en 1994, après deux décennies d’exil.

Il a rencontré plusieurs fois Vladimir Poutine à la fin de sa vie et ne faisait pas partie de ses critiques.