ALGÉRIE
07/11/2019 10h:18 CET

Un grand meeting de solidarité avec le hirak algérien aura lieu le 9 novembre à Paris

Un texte signé par nombre d’organisations et personnalités accuse le régime algérien de faire "courir les plus grands dangers au pays, à sa stabilité et à sa cohésion" en "systématisant la répression".

PHILIPPE LOPEZ via Getty Images
A man wearing the Algerian national flag takes part in a protest against political repression in Algeria, near the National Assembly in Paris on October 24, 2019. - In Algeria, anti-regime protests have been underway since February, with demands for political reform and the removal of regime insiders ahead of a presidential vote to replace longtime leader Abdelaziz Bouteflika, who resigned in April. (Photo by Philippe LOPEZ / AFP) (Photo by PHILIPPE LOPEZ/AFP via Getty Images)

A l’initiative de l’association Agir pour le changement et la démocratie en Algérie (ACDA) et d’autres organisations algériennes en France, un « meeting de solidarité avec le peuple algérien » aura lieu le 9 novembre 2019 à Paris, à la Bourse du travail.

Ce meeting, indique un communiqué diffusé par l’ACDA, « vise à dénoncer la répression qui prévaut aujourd’hui en Algérie, à exiger la libération des détenus politiques et d’opinion mais aussi à faire connaître les revendications du hirak et l’espoir politique qu’il représente ».

Avec ce meeting, une nouvelle campagne est ainsi lancée en France en soutien aux détenus politiques en Algérie ainsi qu’aux victimes de la répression depuis le début du soulèvement pacifique algérien, le 22 février 2019.

Depuis les manifestations populaires du 22 février 2019 contre le projet de 5e mandat boutéflikien, l’émigration algérienne en France est mobilisée en soutien au hirak. Le 1er novembre dernier, elle a organisé à Paris une imposante marche qui a eu lieu simultanément avec des marches aussi imposantes en Algérie le même jour.

Selon l’ACDA, le meeting prévu le 9 novembre prochain a déjà obtenu le soutien d’associations, de syndicats de partis et de personnalités algériennes, maghrébines et françaises.

Un texte signé par ces organisations et personnalités diffusé en même temps que le communiqué de l’ACDA accuse le régime algérien de faire « courir les plus grands dangers au pays, à sa stabilité et à sa cohésion » en « systématisant la répression » et en multipliant « kidnappings, arrestations arbitraires de militants et de manifestants, passages à tabac de manifestants, matraquages médiatiques et campagnes de haine sur les réseaux sociaux ».

Parmi les signataires de ce texte se trouvent, outre l’ACDA, plusieurs organisations algériennes en France, qu’elles soient politiques (FFS France -ord, MDS-France, RCD…) ou associatives (Collectif des familles de disparu(e)s en Algérie, Réseau algérien de lutte contre la répression….). Il est également signé par des organisations maghrébines autres qu’algériennes (Association des Marocains en France, Association des travailleurs maghrébins de France, Association des Tunisiens en France…).

Les organisations françaises qui soutiennent ce texte et prendront la parole au meeting du 9 novembre 2019 comprennent, quant à elles, des mouvements politiques (La France insoumise, le Nouveau parti anticapitaliste, Parti communiste français…) ainsi que des associations et des syndicats (Ligue des droits de l’Homme, Fédération syndicale unitaire…).