MAROC
07/11/2018 09h:48 CET

Un couple de galeristes fait don de 1300 oeuvres à l'Institut du monde arabe

Les Marocains Mahi Binebine, Najia Mehadji et Mohammed Melehi font partie de la collection.

DR

COLLECTION - L’art se vit et se transmet. Pour continuer de faire vivre sa collection d’oeuvres, un couple de galeristes, Claude et France Lemand, a fait un don exceptionnel à l’Institut du monde arabe (IMA) à Paris. 1300 oeuvres, réunissant 94 artistes dont 68 issus du monde arabe. 

Riche par sa taille, mais aussi par son contenu. La collection de Claude et France Lemand rassemble trois générations d’artistes avec, parmi eux, l’Algérien Abdallah Benanteur, le Syrien Youssef Abdelké, ou encore l’Irakien Dia Al-Azzawi. Elle mélange peintures, aquarelles et gouaches, dessins, sculptures, estampes, livres et reliures d’artistes, photographies et céramiques. Et elle traverse l’époque moderne et l’époque contemporaine.

Huffpost MG

“Nous avons 73 ans. Il était temps de faire cette donation pour voir le fruit de notre travail de notre vivant, mais aussi pour le transmettre. C’est important qu’il y ait un passage de témoins, de le partager avec les citoyens”, confie Claude Lemand au HuffPost Maroc.

L’histoire commence en Egypte 

Avant d’ouvrir sa première galerie en octobre 1988 à Paris, le collectionneur, d’origine libanaise, est professeur d’université dans les pays arabes. “J’ai quitté le Liban à cause de la guerre. Je n’y suis plus jamais revenu. C’est en Egypte que j’ai commencé à aimer l’art”, raconte-t-il. “J’ai ensuite quitté mon poste de professeur et je me suis installé à Paris.”

Facebook Jack Lang
Le président de l'IMA Jack Lang et le galeriste Claude Lemand

Les premières oeuvres qui constitueront la collection Lemand sont égyptiennes. Parmi elles: une oeuvre d’Abdel Hadi Al Gazzar, “un esprit du surréalisme égyptien”, souligne le collectionneur. “Deux ans après mes débuts, ma première oeuvre marocaine était une oeuvre de Farid Belkahia”, ajoute Claude Lemand. 

Aujourd’hui, 68 artistes du monde arabe s’inscrivent dans la collection. Parmi eux, les Marocains Mahi Binebine, Najia Mehadji et Mohammed Melehi. “Quand j’ai commencé cette collection, en octobre 1988, je voulais essayer de créer un dialogue entre l’Orient et l’Occident à Paris. Faire connaître ces oeuvres au public français et européen”, explique le galeriste. “Mais il y a aussi des artistes qui viennent du Japon, de Corée, d’Amérique latine. Des artistes qui ont tous vécu à Paris”.

Huffpost MG

Le don d’une vie

Le couple de galeristes tenait à faire ce don à un musée parisien. “Je suis très attaché à Paris, c’est la ville qui m’a adopté”. Le choix s’est presque naturellement porté sur l’Institut du monde arabe. “Je connais monsieur Jack Lang depuis 2013, il me rendait visite sur mes stands du Grand Palais”, raconte le collectionneur. “C’est sa présence à la présidence de l’Institut du monde arabe qui nous a convaincus que le moment était venu de le faire.”

L’IMA fera vivre cette donation grâce à la création du fonds de dotations Claude & France Lemand-IMA. Il permettra de poursuivre les acquisitions, organiser des expositions, étudier les œuvres, publier des catalogues, enseigner et diffuser. “Cette collection, qui s’ajoute aux 500 oeuvres déjà détenues par l’IMA, n’aura rien d’une collection morte, qu’on laisse dans les réserves”, souligne Claude Lemand.

Institut du Monde Arabe

Trois expositions sont d’ores et déjà lancées à l’IMA jusqu’au 10 mars 2019, présentant une partie des oeuvres: “Le monde arabe vu par ses artistes”, “Youssef Abdelké - une donation contre la mort en Syrie”, “Portrait de l’oiseau qui n’existe pas”. Des œuvres vont aussi voyager: certaines d’entre elles seront exposées à la première biennale d’art contemporain de Rabat, prévue en 2019.

“Cette donation donne un sens à notre vie et, quand nous ne serons plus là, les œuvres d’art continueront à témoigner de notre passion aux générations futures appelées à visiter ce musée”, conclut Claude Lemand. Du côté de l’institut, une nouvelle étape se dessine. Il va réaménager ses espaces pour devenir, d’ici à 2020, “un musée des arts du monde arabe”.