MAROC
21/05/2019 11h:39 CET

Un candidat aux élections européennes veut le "contrôle des naissances en Afrique"

Et suscite l'indignation

LCI

POLITIQUE - Dans un débat dominé par une cacophonie ambiante, peu de propositions ont émergé. Invités à discuter sur le plateau de la chaîne d’information française LCI, ce lundi 20 mai au soir, les principaux candidats français aux élections européennes ont affiché, souvent avec rudesse, leurs désaccords. Et ils étaient nombreux. 

Une proposition, signée Nicolas Dupont-Aignan, a toutefois suscité la désapprobation, l’indignation et autres “bravos” ironiques de la majorité des personnalités présentes sur le plateau. En pleine discussion sur l’immigration, la tête de liste “Le courage de défendre les Français” a proposé le “contrôle des naissances en Afrique” alors que “la population africaine va doubler en 30 ans.” 

“La question migratoire est un drame humanitaire mais la première des choses est de rétablir nos frontières nationales et renforcer la coopération européenne pour contrôler le système de passeurs”, a-t-il ainsi proposé avant d’estimer qu’il fallait s’attaquer au “tabou du contrôle des naissances en Afrique.” Une idée également présentée sur les réseaux sociaux. 

 

De quoi provoquer un murmure d’indignation généralisé et l’ire de plusieurs personnalités de gauche présentes sur le plateau. Jugeant les propos de Nicolas Dupont-Aignan “scandaleux”, l’écologiste Yannick Jadot a immédiatement fait montre de sa colère en estimant que le modèle chinois, cité en exemple par le leader de Debout la France, n’était pas le plus parfait exemple.

 

“Il y a une façon de faire des ruptures démographiques. C’est de mettre les petites filles à l’école, c’est de donner du travail aux femmes. Ce n’est pas le contrôle des naissances à la chinoise”, a-t-il fustigé. “C’est honteux ce que vous dîtes”, a renchéri Manon Aubry, tête de liste de La France insoumise. 

Interrogé sur la mise en place d’une telle idée par des parlementaires européens, l’ex-candidat à l’élection présidentielle a indiqué qu’il faudrait “parler à nos amis africains.” Ce qui a passablement agacé la tête de liste Europe Écologie Les Verts. “Ah oui, dès qu’il s’agit de contrôler les naissances, ça devient vos amis”, a-t-il cinglé. 

Cet article a initialement été publié sur Le HuffPost France.