MAROC
06/02/2019 17h:38 CET

Un camp de concentration nazi reproduit sur le tapis rouge pour l'avant-première d'un film turc

Une mise en scène de très mauvais goût qui en a choqué plus d'un.

Twitter

TURQUIE - Vous avez dit malaise? Il y a quelques jours sortait dans les salles turques le film Çiçero, biopic d’Elyesa Bazna, employé de l’ambassade de Grande-Bretagne pendant la Seconde Guerre mondiale, qui a profité de sa proximité avec les Anglais pour devenir espion pour l’Allemagne nazie. 

À l’occasion de l’avant-première du film, qui a eu lieu à la fin du mois de janvier, les organisateurs ont eu l’idée d’organiser un tapis rouge ayant pour thème... les camps de concentration nazis.

En effet, comme le montrent des vidéos et clichés pris par des invités et partagés sur les réseaux sociaux, la production a non seulement installé des barbelés sur lesquels étaient accrochés des uniformes de prisonniers, mais aussi des piles de chaussures, reproduisant les images de camps d’extermination comme Auschwitz. Les organisateurs ont poussé le vice jusqu’à installer des gardes, armés de chiens, et des postes de contrôle. 

Une idée qui a choqué certains invités présents sur place, qui ont pointé du doigt son mauvais goût. La mise en scène a également scandalisé le président de la communauté juive de Turquie, Ishak Ibrahimzadeh‏, comme le rapporte la presse locale.

 

 “Lors de la première de Çiçero, ils ont reproduit un camp de concentration nazi sur le tapis rouge, qui aurait impressionné les participants! La Turquie d’aujourd’hui montre ce qu’Arendt appelait ‘la banalité du mal’”. 

“Wow, juste WoW: Cicero, un nouveau film turc sur la Seconde Guerre mondiale, a été projeté et lors de son gala d’ouverture, un camp de concentration de fortune a été mis en place pour les invités. Et ça arrive quelques jours après la journée internationale de commémoration de l’Holocauste. A quoi pensaient-ils?”

“Je suis curieux de savoir à qui nous devons cette idiotie sans scrupules?”

Interrogé sur cette affaire, le producteur du film, Mustafa Uslu, a présenté ses excuses à la communauté juive de Turquie, rapporte le journal turc Gazete Duvar,citant l’émission de radio Ters Köşe. Toujours selon la même source, il aurait déclaré que ce décor avait pour but de “mettre les spectateurs dans l’ambiance du film”.