MAROC
06/05/2018 11h:36 CET | Actualisé 06/05/2018 11h:37 CET

Un blogueur arrêté en Egypte pour "apologie de l'athéisme"

Le jeune homme, depuis quelques années, édite et publie des vidéos satiriques critiquant la religion.

Capture decran/youtube

ARRESTATION - Sherif Gaber, un blogueur égyptien de 25 ans a été arrêté, samedi, par les autorités égyptiennes pour “apologie de l’athéisme”. Déjà arrêté en 2013 pour avoir “prôné l’athéisme”, le jeune homme, actuellement placé en garde à vue, devrait comparaitre ce dimanche devant le parquet, selon des informations de l’activiste et avocat Gamal Eid, à la tête du Réseau arabe d’information sur les droits de l’Homme (ANHRI), données à l’AFP. 

Le blogueur est cette fois-ci poursuivi pour propos blasphématoire allant à l’encontre de l’article 98 du Code pénal égyptien qui condamne toute personne qui dissémine “par écrit ou par tout autre moyen, des idées extrêmes afin d’inciter au combat, se moquer et insulter une religion ou nuire à l’unité nationale”.

En mars dernier, Sherif Gaber craignait déjà des représailles et affirmait sur son compte Twitter: “certains avocats musulmans m’ont dénoncé au procureur général pour mes vidéos, ils m’arrêteront probablement dans les prochains jours”. Parmi ses détracteurs, Al Nur, un parti salafiste qui siège au parlement égyptien et fervent partisan du président Abdelfatah al Sissi.

“Comme prévu, aujourd’hui, certains avocats musulmans m’ont dénoncé au procureur général en raison de mes vidéos. Je vais probablement être arrêté dans les prochains jours, mais je ne veux pas que vous soyez en colère. Je vais continuer à faire des vidéos quand je sors... Je vais écrire les scripts en prison”

Le jeune homme, depuis quelques années, édite et publie des vidéos satiriques critiquant la religion. Des vidéos aux titres comme Dieu existe-t-il?”, “L’évolution et la religion sont incompatibles” ou encore “Critiquer la religion est un droit humain”, lui ont valu une série de poursuites judiciaires.

Par ailleurs, il milite ouvertement pour les droits des homosexuels et des “libres penseurs”. En octobre 2013, il avait été arrêté lors d’un raid de nuit sur sa maison, par les membres de la sécurité de l’Etat et de l’armée. 

LIRE AUSSI