ALGÉRIE
31/01/2019 13h:41 CET | Actualisé 31/01/2019 13h:43 CET

Conseil national du RND: Un appel pour un 5e mandat et un coup de gueule contre le FLN

Facebook/rnd.algerie

Ahmed Ouyahia, le patron du RND, a renouvelé l’appel de son parti à une nouvelle candidature du Président Bouteflika pour un nouveau mandat, tout en s’en prenant au parti du FLN… le parti du président.

“Notre choix, c’est d’appeler le moudjahid Abdelaziz Bouteflika à se porter candidat encore une fois”, a-t-il déclaré lors de son discours d’ouverture de la session ordinaire du Conseil national du RND, ce jeudi 31 janvier. Il a également appelé à “la conjugaison des efforts et au rapprochement de toutes les forces nationales afin d’aboutir à un consensus national”, estimant que “l’Algérie a besoin d’unifier ses rangs pour faire face aux différents défis”.

 Si le PM a repris à son compte les éléments de langage pour justifier cette nouvelle candidature, il n’a pas manqué de rappeler en filigrane, le succès de sa politique économique, depuis son arrivé à la tête du gouvernement. 

“L’Algérie vit dans la stabilité et la paix que nous devons à la réconciliation apportée par le président Bouteflika”, et d’ajouter: “La situation sociale des citoyens s’est globalement améliorée grâce à un léger recul du chômage, à une stabilisation de l’inflation au bénéfice du pouvoir d’achat, et grâce aux nombreuses réalisations socio-culturelles dont la plus spectaculaire aura été la livraison massive de logements qui se poursuit. En outre, la croissance économique a été au rendez-vous alors que les investissements se multiplient partout à travers le pays”.

M Ouyahia a tenu à manifester son dépit et sa colère après les sénatoriales, largement remporté par son principal rival, le FLN. Au RND, la défaite a été mal vécue d’autant par les militants, d’autant qu’il estime avoir été floué par le parti du président.

“Le RND est sorti de cette bataille avec un sentiment amer pas dû aux résultats, mais à cause des dépassements flagrants enregistrés dans certaines wilayas. Ce sentiment est aussi dû au recours à la violence vile qu’on a vue dans d’autres wilayas. En votre nom et en mon nom personnel, je dénonce avec force ces dépassements. La seule raison de ces dépassements, c’est parce qu’on a peur de nous”. Et de préciser: “Ces dépassements ne nous éloigneront pas de notre engagement au service de l’Algérie ni de notre soutien au président Bouteflika”.

“A la veille de chaque scrutin, on fait des calculs sur notre compte. Personne ne peut voir en nous un parti d’opposition. Qu’ils nous relisent jour et nuit, ils ne peuvent pas nous classer comme des opposants”, a clarifié Ahmed Ouyahia.