MAROC
07/08/2018 14h:53 CET

Un an après les attentats de Barcelone, des photos glaçantes montrent la préparation des terroristes

Des images qui glacent le sang.

TERRORISME - Leurs visages sont souriants et juvéniles. A voir ces photos publiées par la presse espagnole, on a du mal à croire que ce groupe de jeunes Espagnols est sur le point d’accomplir un des attentats les plus meurtriers de ces dix dernières années en Espagne.

El Pais
Younes Abouyaaqoub et Youssef Aalla prennent la pose alors qu'ils préparent des ceintures d'explosifs.

Ce sont des images glaçantes qu’a révélées la police espagnole, à quelques jours du premier anniversaire des attentats de Barcelone et Cambrils. Sur ces photos, on voit un groupe de jeunes hommes en train de préparer un attentat.

L’un d’entre eux est notamment montré portant, avec le sourire, une ceinture d’explosifs. Le jeune homme en question, Youssef Aalla, est mort la veille de l’attentat de Barcelone, quand les explosifs et bonbonnes de gaz présents dans la maison située à Alcanar, à 200 kilomètres de Barcelone, ont provoqué une forte explosion, tuant le jeune maroco-espagnol et leur “chef spirituel” Abdelbaki Es Satti, rapporte La Vanguardia. Selon El Pais, le squat contenait jusqu’à 500 kilos d’explosifs.

 

“Chaque gramme de ce fer va entrer dans vos têtes ou celles de vos enfants ou de vos femmes”

Les images ont été récupérées par la police espagnole dans un appareil photo Canon trouvé dans les débris, rapporte La Vanguardia. La police y a trouvé 98 dossiers, dont 80 photos, 16 vidéos et 2 document illisibles. Quatre personnes y apparaissent: Youssef Saïd Aalla, Mohamed Hichami, Younes Abouyaaqoub et Mohamed Houli, seul survivant du commando, blessé dans l’explosion de la maison à Alcanar.

Dans une vidéo, visionnée par le journal Razon, le groupe est filmé en pleine préparation d’explosifs. L’un d’entre eux, Mohamed Hichami, déclare, en montrant un engin explosif: “ceci ne coûte rien, la seule chose dont vous avez besoin est la foi et la haine des infidèles. Le budget ne dépasse pas 15 euros, entre 15 et 20”. Ce à quoi répond Mohammed Houli Chemlal, en riant: “Et ça fait beaucoup de dégâts”.

“Chaque gramme de ce fer va entrer dans vos têtes ou celles de vos enfants ou de vos femmes”, déclare un autre membre du groupe, selon Razon.

Mohammed Houli Chemlal, seul survivant du commando, a avoué à la police que le groupe “préparait une attaque à la bombe de plus grande ampleur” comme l’ont rapporté nos confrères du HuffPost Espagne. Un plan finalement mis à mal par l’explosion accidentelle de la maison, qui a poussé le groupe à changer ses projets à la dernière minute et avoir recours aux voitures béliers. 

Paris comme prochaine cible?

Les photos et vidéos semblent montrer que le groupe comptait également mener une attaque en France. Selon La Vanguardia, un des terroristes, Mohamed Hichami, affirme dans une vidéo: “si Dieu le veut, à Paris. (...) Nous allons vous séparer.” Des propos qui semblent affirmer que les terroristes comptaient commettre une attaque dans la capitale française. La police a d’ailleurs trouvé plusieurs images montrant des membres du commando à Paris, à proximité de la Tour Eiffel, laissant supposer qu’il s’agissait d’une de leurs cibles.

Le 17 août 2017, une camionnette conduite par Younes Abouyaaqoub foule sur La Rambla, avenue très fréquentée de Barcelone. Une attaque qui a fait 15 morts et une centaine de blessés.

Le lendemain soir, une voiture fonce dans la foule à Cambrils, station balnéaire catalane, tuant une personne. Le véhicule est entré en collision avec une voiture de police. Cinq terroristes ont été abattus pendant l’échange de feu avec la police: Said Aalla, 18 ans, les frères Mohamed et Omar Hychami, Houssaine Abouyaaqoub et Moussa Oukabir, rapporte Libération. Les deux attaques ont été revendiquées par Daech.

Younes Abouyaacoub a quant à lui été abattu par les Mossos d’Esquadra après quatre jours de traque. Lui et son frère sont enterrés à Mrirt, leur ville d’origine au Maroc. Omar et Mohamed Hychami y ont également été mis en terre.