LES BLOGS
09/05/2018 08h:52 CET | Actualisé 09/05/2018 08h:52 CET

Ultras Tunisien: Un tiraillement entre opposition et soutien

Angleterre des 80’s vs Hooliganisme, État Tunisien vs Ultras, une histoire qui se répète?

Anadolu Agency via Getty Images

Le rôle des ultras tunisiens durant la révolution a été ignoré voire oublié suite à la multiplicité d’attaques enchainée par les médias, aveuglées par les hautes sphères du pouvoir, tout en profitant de la situation critique qu’endurait ce mouvement depuis l’année 2011.

Histoire d’une lutte contre le système :

Inspirés par les ultras italiens, le mouvement Ultras a été diffusé en Tunisie en 2002 apportant avec lui un nouveau style de vie qui a influé et impressionné beaucoup de jeunes tunisiens.

Cette propagation rapide du mouvement dans le pays a très vite alarmé le système qui n’a pas tardé à réagir pour mettre fin à ce fléau et limiter sa propagation.

En ayant recours à plusieurs moyens tels que l’harcèlement, les fouilles et la mise en place de la police techniques au sein des stades de foot, le gouvernement a cru pouvoir limiter ou cesser les activités des Ultras mais ils ont eu tort.

Appelés “criminels” par le journal ‘AL CHOUROUK’, les supporteurs des différentes équipes sont devenu la bête noire des forces de l’ordre.

Le gouvernement a choisi de combattre les Ultras avec toutes les armes disponibles, afin de salir la réputation de ce mouvement et l’empêcher d’attirer encore de partenaires.

capture ecran/Journal Al Chourouk/Marouen Jendoubi

Les Ultras n’ont pas accepté la répression imposé et ont lutté dans les stades par les chansons, ‘Dakhla’, dans les rues avec leurs tags et graffitis. nNtons aussi leur recours massif aux réseaux sociaux et aux nouvelles technologies ….

Le 8 Avril 2010, les Ultras espérantistes ont contesté contre la répression des forces de l’ordre par un affrontement avec les policiers.

Cet événement:

 1 : était une preuve claire que le gouvernement ne peut pas gérer ce puissant bloc des amoureux du ballon rond.

  2 : a alarmé le gouvernement qu’une grande épreuve se prépare sur un feu doux.

Orientation vers la politique :

Les nouveaux débarqués sur la scène politique après la révolution, ont tout de suite remarqué l’important rôle joué par les Ultras, et chacune des parties a essayé d’adopter le maximum de groupes de son coté.

On a vu l’escalade rapide du parti ‘UPL’ jusqu’au pouvoir après l’élection de Slim Riyehi (Président de l’UPL) à la présidence du Club Africain, une équipe de football qui possède une base de supporters partout dans le pays.

Le mouvement Ultras s’est trouvé donc dans une situation paradoxale viré d’une force d’opposition vers une force qui soutient des parties politiques.

Le résultat était un ‘Split’ au sein du mouvement : Takfiriste, Partisan …

Un conflit temporaire ?

En même temps nous vivions aussi une sorte de guerre civile au sein du même mouvement, des heurts entre des supporteurs de même équipe etc ..

Des malfaiteurs qui n’ont jamais été des Ultras et qui ne connaissaient rien du mouvement essayaient de voler la passion de toute une population.

Cette vague de problèmes au sein des stades menée par des intrus qui se disent Ultras, mais qui sont en réalité en train de donner un coup de main aux médias et au gouvernement pour gagner leur guerre contre ce mouvement.

8 ans déjà après la révolution, et les soldats de cette dernière sont toujours interdits d’entrer au stade, de vivre leur passion et leur amour au football.

Un retour du mouvement :

Aujourd’hui nous vivons un retour du vrai mouvement, celle qui lutte pour la liberté, qui soutient les vraies affaires et les vraies causes.

On a vu l’exemple de la réaction des supporters de l’E.S.T suite a la déclaration de Trump annonçant ‘Al Qods’ capitale de ‘Al kayen el sohyouni’ (l’entité sioniste), par la préparation d’une”dakhla” qui portait les images de Ahd Tmimi, Yesser Arafat, et Al Qods présentées lors d’un match amical contre une équipe palestinienne.

Malheureusement les forces de l’ordre ont confisqué cette “dakhla” et le match a été annulé.

Dernièrement, la mort d’Omar Laabidi, supporteur du Club Africain a été condamnée par tous les Ultras de la Tunisie.

Ces derniers ont lancé une campagne qui s’appelle ‘’T3allem 3oum’’ (apprends à nager) qui a été partagée en masse par les différents groupes de supporteurs comme La Ultras Storia ‘Olympique de Béja’ qui ont publié un message rigolo en plein virage portant le Hashtag de la campagne.

Capture Ecran/AL Jazeera Tunisie/Marouen Jendoubi

“Apprends à Nager...ta bouée se nomme ‘ministère de l’Intérieur’ ”

Il y a quelque jours aussi (le 21-04-2018 ) les différents supporteurs ont manifesté devant le théâtre municipal afin de réclamer justice pour Omar Laabidi exprimant leur solidarité avec ce dernier.

Les différentes banderoles portaient des messages comme “ACAB”, “Etat assassin ”… montrent la furie des Ultras envers les forces de l’ordre et l’Etat.

Anadolu Agency via Getty Images

Ça fait un bail qu’on n’a pas vu de telles réactions de la part des Ultras Tunisien, une grande union pour défendre une cause correcte.

Angleterre des 80’s vs Hooliganisme, État Tunisien vs Ultras, une histoire qui se répète?

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.