ALGÉRIE
17/06/2018 06h:13 CET | Actualisé 17/06/2018 09h:44 CET

Ultra Electronics: le SFO enquête avec les autorités algériennes sur l'appel d'offres de la SGSIA

DR

L’enquête pour corruption, ouverte par le Serious Fraud Office (SFO), une agence du gouvernement du Royaume-Uni chargée des enquêtes de fraude, sur les activités en Algérie de la société Ultra Electronics, concerne bel et bien un appel d’offres émis par la Société de Gestion des Services et Infrastructures Aéroportuaires d’Alger, selon une source proche du dossier au HuffPost Algérie.

La même source a révélé que le SFO mène actuellement son enquête avec les autorités algériennes. 

Le Serious Fraud Office (SFO) ouvrait une enquête criminelle en avril 2018 contre “Ultra Electronics sur une affaire de corruption présumée, dans la conduite de ses affaires en Algérie, de ses filiales, ses employés et des personnes associées”.

Contacté par le HuffPost Algérie, la société britannique révélait que cette enquête visait un appel d’offres émis par la Société de Gestion des Services et Infrastructures Aéroportuaires d’Alger.

Ultra Electronics ajoutait que Tahar Allache, P-DG de la SGSIA, était au coeur de cette enquête pour corruption. 

La SGSIA a lancé un appel d’offres pour une solution informatique de gestion aéroportuaire et la société britannique Ultra Electronics, après soumission, a obtenu le marché en juin 2016. Toutefois, Jenny Lawton, Directrice générale de la société Ultra Electronics, déclarait plus tard que Tahar Allache, “a ouvertement demandé un paiement en avance immédiat d’un montant important en liquide et en devise européenne”. 

Ultra Electronics a expliqué que la société britannique a bel et bien été retenue, “mais par la suite de certaines pratiques de la direction générale de la SGSIA contrevenant à toute déontologie, aux règles régissant les marchés publics et à des demandes illégales auxquelles nous avions exprimé un strict refus au responsable de la SGSIA, nous nous sommes effectivement vu éliminés sous prétexte “de coûts exorbitants””. 

La SGSIA, via une source anonyme, a affirmé dans un autre site “ne pas être impliquée dans cette enquête”, niant par la suite “avoir eu affaire au groupe britannique”, spécialisé dans l’industrie militaire et la gestion aéroportuaire. 

La source anonyme de la SGSIA avait affirmé dans une déclaration à TSA Algérie que c’était le groupe chinois, CESCEC, qui était “en charge de toute la sous-traitante” du projet. 

Tahar Allache, P-DG de la SGSIA, était injoignable aux tentatives de le contacter.

Toutefois, des documents dont des copies ont été publiées par le HuffPost Algérie, démentaient la version de la Société de Gestion des Services et Infrastructures Aéroportuaires d’Alger. Bien au contraire. Ils prouvent que SGSIA est bel et bien derrière l’attribution du marché au groupe britannique Ultra Electronics et concernée par l’enquête du Serious Fraud Office, agence britannique gouvernementale (SFO).

Le SFO enquête avec les autorités algériennes

Une source proche du dossier a confirmé au HuffPost Algérie que le SFO mène son “enquête criminelle pour corruption” sur l’appel d’offres pour une solution informatique de gestion aéroportuaire, lancé par la SGSIA, dont le marché a été obtenu par Ultra Electronics avant que le groupe britannique ne soit ”éliminé”, selon les termes de son représentant en Algérie.

HuffPost Algerie

La même source a expliqué que le SFO, poussé par le préjudice économique causé aux intérêts économiques britanniques, enquête désormais en collaboration avec les autorités algériennes. 

Lors de l’ouverture de cet enquête, le titre en bourse de Ultra Electronics était tombé de 8.9%. 

Le groupe britannique expliquait d’ailleurs avoir “volontairement saisi le Serious Fraud Office” car la société, qui “a publiquement refusé d’accepter de payer des pots-de-vin”, a été “impactée négativement par ce scandale”, sur le plan financier et moral.

“Lorsque nous avons obtenu le marché, nous avons commencé à dépenser, à mobiliser des techniciens, des consultants et nous avons donc perdu de l’argent également”, expliquait Ultra Electronics.