05/03/2019 14h:19 CET | Actualisé 05/03/2019 14h:19 CET

Uber serait sur le point de racheter Careem

L'Américain pourrait engloutir son principal rival au Moyen-Orient.

Bloomberg via Getty Images
Un emplacement dédié aux chauffeurs Uber et Careem au Mall of the Emirates à Dubaï, aux Emirats arabes unis.

ÉCONOMIE - Le deal serait sur le point d’être conclu. Uber pourrait bientôt racheter Careem, son principal rival dans la région MENA (Moyen-Orient/Afrique du Nord). C’est en tout cas ce que révèle le site du groupe financier américain Bloomberg.

“Uber Technologies Inc. est en pourparlers avancés pour acheter son concurrent basé à Dubaï, Careem Networks FZ, un accord qui étendrait les opérations du géant au Moyen-Orient, selon des personnes proches du dossier”, écrit Bloomberg.

Les deux sociétés de réservation de véhicules de transport avec chauffeur (VTC) “pourraient annoncer une transaction en espèces et actions (cash-and-shares), impliquant de donner environ 3 milliards de dollars à Careem au cours des prochaines semaines, ont déclaré des personnes souhaitant garder l’anonymat au motif que les discussions sont privées”, ajoute le média américain.

“Les négociations sont en cours et aucun accord final n’a été conclu”, ont déclaré les mêmes sources. Pour le moment, les représentants des deux entreprises ont refusé de commenter ces informations, précise Bloomberg.

En juillet dernier, les deux sociétés de transport avaient entamé des pourparlers autour de ce projet de rachat, “dans l’espoir de résoudre une rivalité coûteuse dans la région”, indique le site d’information.

“Acquérir un rival serait stratégique pour Uber. La société a traditionnellement eu recours à de telles transactions pour se décharger de ses activités à l’étranger et prendre des parts dans des concurrents, comme en Chine, en Russie et en Asie du Sud-Est”, rappelle Bloomberg.

Selon un article du magazine Gulf Business publié fin janvier, la société d’investissement du prince et milliardaire saoudien Al-Walid ben Talal ben Abdelaziz Al Saoud, la Kingdom Holding Company, appuierait cette fusion entre la firme de Dubaï et son rival Uber, a déclaré un haut responsable. La société du prince saoudien a pris une participation de 7% dans Careem en 2017 et a également participé à une levée de fonds de 200 millions de dollars en octobre dernier, rappelle la même source.

Interrogé fin février par Business Insider, le PDG de Careem, Mudassir Sheikha, n’a pas commenté les rumeurs de rachat par Uber mais a indiqué que pour l’instant, Careem a l’argent et l’ambition de continuer à se développer. “Nous continuons à collecter des fonds”, a-t-il déclaré. “Nous disposons de suffisamment de liquidités pour financer notre business plan, mais notre ambition ne cesse de croître et nous faisons donc plus de choses que prévu initialement”.

Careem, qui a démarré en 2012, est présente dans une centaine de villes dans 14 pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, dont le Maroc, à Casablanca, Rabat et Tanger.