ALGÉRIE
14/08/2018 13h:29 CET

Turquie - Crise de la livre : les hommes d’affaires appellent à l’apaisement avec Washington

L’inflation résultant de la dégringolade la monnaie turque fait le bonheur des touristes et… le malheur des ménages turcs. Les premiers voient leur pouvoir d’achat fortement augmenter. Les seconds sont pénalisés par une inflation qui, pour le seul mois de juillet, a atteint 16% en glissement annuel.

Umit Bektas / Reuters

Des hommes d’affaires turcs, rapporte Sky News Arabic, ont appelé aujourd’hui, dans un communiqué, au règlement du « contentieux turco-américain dans le respect des usages diplomatiques ».

Selon le communiqué, cité par ce journal électronique basé à Abu Dahabi, ces hommes d’affaires ont formé le vœu d’une politique monétaire plus stricte à même de ramener la livre à un niveau de parité plus normal avec le dollar. Ils ont également invité les dirigeants tucs à élaborer une feuille de route claire pour traiter l’inflation.

Subissant une forte crise depuis plusieurs mois, la livre turque a atteint son niveau de parité avec le dollar le plus bas en 17 ans, perdant en 2018 jusqu’à 40% de sa valeur par rapport au biller vert. Sa dégringolade s’est accélérée sous l’effet du relèvement annoncé par Donald Trump le 10 août dernier des tarifs douaniers sur des produits turcs exportés vers les Etats-Unis (acier et aluminium).

Alors qu’elle favorise les touristes, qui voient augmenter leur pouvoir d’achat, la crise de la livre turque pénalise fortement les ménages. Elle a déjà provoqué un énorme bond de l’inflation : rien que pour le mois de juillet 2018, les prix ont progressé de près de 16% en glissement annuel.

Une critique de la politique monétaire d’Erogan

L’appel des hommes d’affaires turcs sonne comme une critique ouverte du président turc Recep Tayyip Erdogan, accusé d’exercer un contrôle tatillon sur toutes les institutions du pays, celles monétaires comprises de façon que leurs décisions soient conformes à sa politique intérieure et servent ses ambitions. Il sonne également comme une critique de l’attitude de la Banque centrale devant cette crise à laquelle, estiment des spécialistes, elle n’a réagi que tardivement et en se contenant de réviser les taux de réserves obligatoires des banques au lieu de procéder au relèvement des taux d’intérêt.

Double contentieux turco-américain

La crise monétaire turque s’est déclenchée en plein contentieux diplomatique turco-américain au sujet de la Syrie, où Ankara, malgré les mises en garde de Washington, est intervenu militairement contre les groupes armés kurdes syriens, allié des Etats-Unis dans sa lutte contre l’Etat islamique. Elle a été alimentée par l’incarcération en Turquie du pasteur américain Andrew Brunson, accusé par Ankara de complicité avec les auteurs d’un putsch militaire avorté contre Recep Tayyip Erdogan, en juillet 2016.

La crise de la livre turque, dont Ankara accuse Washington, n’est pas, cependant, la conséquence des seules sanctions douanières américaines. Comme le souligne le quotidien français Le Monde, elle traduit aussi des problèmes réels dont souffre l’économie turque, notamment le fort endettement des entreprises depuis la fin des années 2000 en devises étrangères, surtout en dollars.

Loading...