TUNISIE
04/06/2018 19h:07 CET

Tunisie: Une nouvelle taxe sur les transporteurs algériens? La douane tunisienne dément

Dimanche, la chaîne de télévision algérienne Al Nahar a rapporté la mise en place d’une nouvelle taxe de 200 dinars tunisiens (soit 14.000 dinars algériens) qui touche les poids lourds algériens aux passages frontaliers entre les deux pays

NEDJMA RONDELEUX POUR LE HUFFPOST ALGERIE

Alors que dimanche, la chaîne de télévision algérienne Al Nahar a rapporté la mise en place d’une nouvelle taxe de 200 dinars tunisiens (soit 14.000 dinars algériens) qui touche les poids lourds algériens aux passages frontaliers entre les deux pays, la Direction Générale des Douanes tunisiennes a apporté un démenti.

Celle-ci a expliqué que l’article 42 de la loi de finances 2018 a instauré un droit de scannage des conteneurs, estimé à 200 dinars et payé automatiquement à travers la souscription d’une déclaration “UC” relative aux unités de charges.

Dans un communiqué publié lundi, la même source a précisé que les bus et les véhicules touristiques sont exempts de cette imposition et que les mesures de cet article sont appliquées par les services de la douane, à partir du 1er janvier 2018, à tous les passages frontaliers équipés de scanners. 

Pour les autres passages terrestres, cette mesure sera appliquée progressivement en parallèle avec la mise en place des scanners spécifiques aux unités de charges. 

Les unités de charges importées à travers les ports tunisiens sous le régime transit et orientées vers les passages frontaliers terrestres payent le droit de scannage, au niveau du premier bureau d’entrée où les déclarations douanières type “UC” sont déposées, sachant qu’aucune taxe de sortie ne leur est imposée. 

La direction générale des douanes explique que ce droit a été décidé pour couvrir les coûts d’acquisition et de maintenance des scanners et que cette mesure est appliquée dans tous les pays. 

Pour sa part, le porte-parole de la douane tunisienne, Haythem Zannad, a affirmé que cette procédure a été mise en place pour faciliter la vérification des cargaisons transportées par les véhicules entrant sur le territoire tunisien, qui auparavant pouvait prendre plusieurs jours. Ainsi, les douanes tunisiennes espèrent renforcer la sécurité des frontières et limiter toute importation de contrebande ou de produits illégaux.

Les camionneurs algériens ont cependant manifesté leur mécontentement, et ont menacé de protester, pouvant créer des tensions à la frontière rapporte le site d’Al Nahar. 

L’Algérie est le cinquième plus gros client de la Tunisie et son septième fournisseur, représentant chaque année 3,8% de ses importations.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.