LES BLOGS
21/10/2019 15h:41 CET | Actualisé 21/10/2019 15h:41 CET

Tunisie: Un mot et ses maux

Un terme que tout le monde utilise sans aucune malice.  Il révèle à lui seul le gouffre dans lequel on s’enfonce tous les jours un peu plus

HuffPost Tunisie
"Selket"

Dans la foulée de cette vague de nettoyage, j’avais envie d’apporter ma contribution. La langue tunisienne m’a toujours étonné par son dynamisme et sa créativité. Tous les jours je découvre des emprunts et des usages nouveaux les uns plus étonnants que les autres. Or, il y a un terme qui m’insupporte. Ce terme résiste et tous les jours se travestit pour couvrir d’autres réalités. Il évolue un peu comme une gangrène qui se diffuse et contre laquelle toutes les “chimio” semblent buter. En fait, les “chimio” n’ont jamais réellement vu le jour mais elles ont été évoquées sans que rien de sérieux n’ait été entrepris pour combattre cette gangrène.  

Le terme a certainement démarré sa déambulation linguistique pour désigner le comportement d’un côté et dont le substantif pluriel est même associé à un voyage initiatique. Le verbe utilisé désigne un champ linguistique large “emprunter un chemin, suivre, s’engager dans, se comporter, suivre une route,…”. Utilisé par le tunisien, il désigne “passer en travers, déjouer, contourner, passer outre, se débrouiller, ….”.  Un terme qu’on vous jette à la figure comme étant marque d’intelligence et de débrouillardise, comme un trophée portant la trace du génie tunisien. 

Tous les jours, on lui trouve une autre déclinaison et un autre usage, de “se débrouiller” on en arrive à “parvenir à ses fins” accompagné d’un sourire en coin laissant entrevoir de la fierté et même de l’auto satisfaction. 

A travers l’usage du terme, nous avons toute la panoplie du “contournement des règles, de la loi, de l’éthique”, de déployée par l’utilisateur mais son emploi laisse entendre que finalement comme on a été plus malin c’est donc permis.  

Le mensonge n’est plus mensonge, l’esquive de la loi est juste un arrangement, le contournement des règles est de l’ordre du génie, la triche est vertu car plus proche de la virtuosité.  Un terme que tout le monde utilise sans aucune malice.  Il révèle à lui seul le gouffre dans lequel on s’enfonce tous les jours un peu plus dans la banalisation de la corruption sous toutes ses déclinaisons : clientélisme, passe-droit, fraude et incarne à lui seul les maux du pays. 

Ce terme que vous avez certainement deviné et que je rêve de voir disparaitre des usages au sens propre comme au sens figuré. C’est le mot “sellek” et tous ses dérivés.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.